Communiqué de presse :

Une réforme ? Pourquoi ? Comment ?

Le Président de la République vient d’annoncer son projet de refonte territoriale visant à la suppression des départements et à réduire le nombre de Régions à 14. Evoqué au lendemain de l’échec des municipales, comme réponse à la défiance des Françaises et des Français vis-à-vis du gouvernement, il est évident que ce n’est certainement pas la réponse qu’attendaient les françaises et les français. C’est plutôt sur le front du chômage, de l’emploi, du pouvoir d’achat qu’était attendu le gouvernement. Il faut donc se poser la question des buts et des objectifs de cette réforme.


5 juin 2014

Pourquoi cette réforme est-elle menée tambour-battant par l’exécutif ? Elle s’inscrit dans la volonté gouvernementale de réduire la dépense publique pour satisfaire aux exigences de la commission européenne et d’adapter nos territoires à la concurrence économique en Europe. Ce n’est donc pas un projet d’aménagement du territoire pensé et réfléchi en fonction des critères sociaux, démographiques, historiques, économiques, … qui est proposé, mais un charcutage de notre pays pour l’adapter et le soumettre un peu plus aux règles du libéralisme.

Cette réforme n’est donc pas un petit projet. Le chef de l’Etat indique même qu’ « il s’agit de transformer pour plusieurs décennies l’architecture territoriale de la République. »

Par conséquent, il faut poser la question du comment ? Comment cette réforme va être débattue et mise en œuvre ? Ce projet sera mis en place sans consultation des populations, sans débats dans les régions et évidemment sans vote des citoyen-nes Français-es. Alors même que l’on va toucher à un maillon essentiel de la vie démocratique de notre pays dans une période où la parole publique est de plus en plus déconsidérée, cette manière de procéder est tout simplement inacceptable.

C’est un projet complètement déconnecté de la réalité vécue par des millions de Françaises et de Français, complètement sourd à l’exigence de changement qui s’exprime dans le pays et qui ne se calmera pas avec cette réforme technocratique.

Les départements vont être des coquilles vides avec un transfert de compétences massif vers les Régions et les interco. Cela n’allégera pas le « mille-feuille territorial » mais si cette réforme devrait être mise en place en l’état, cela éloignerait inévitablement les centres de décisions et les élus des citoyens. Cela ne pourrait donc qu’aggraver une défiance déjà très (trop) forte du peuple envers le pouvoir politique.

C’est une atteinte historique aux fondements mêmes de notre République.

Le PCF exprime ainsi son opposition sur le fond et sur la forme de cette réforme. Il exige un grand débat national sur cette question et que la décision, in fine, revienne au peuple.


Je contribue
La contribution

forum info modere