« Affaire du cheval » : :

Une proposition de loi pour avancer dès maintenant !

En apprenant que de la viande cheval avait été retrouvée dans de la viande de bœuf composant certains produits transformés, beaucoup de nos concitoyens ont fait le constat que l’origine des ingrédients alimentaires de la plupart des produits transformés est tout simplement inconnue. Ils ont aussi découvert les circuits de commercialisation de la viande, où les intermédiaires se multiplient, ce qui facilite les fraudes, avec comme seule logique la recherche des prix les plus bas pour alimenter le secteur des produits transformés.


18 février 2013

Constater des dérives et sanctionner des fraudes ne peuvent être les seules réponses.
Pour les consommateurs, comme pour les producteurs qui subissent la concurrence déloyale des productions des pays tiers, l’urgence est de rendre obligatoire l’indication de la provenance des produits que l’on consomme, qu’ils soient à l’état brut ou transformé.
Après 10 années de coupes sombres dans les budgets et les effectifs de la santé publique vétérinaire et de la répression des fraudes, il faut aussi, dès maintenant, prévoir de renforcer les moyens de contrôle en amont de la préparation de la prochaine loi de finances.
Sur ces deux exigences, et sans attendre les éventuels arbitrages au niveau européen sur le secteur de la viande, le renforcement des normes d’identification et de contrôle pour toutes les denrées alimentaires sera un signal fort, concrétisant une volonté politique nouvelle. C’est l’objet de la proposition de loi déposée par André Chassaigne au nom des député(e)s du Front de Gauche.


Je contribue
La contribution

forum info modere