SOLIDARITÉ AVEC LES SALARIÉS DE GOODYEAR

Depuis 2007, les salariés, leurs syndicats, et en particulier la CGT, se battent pour maintenir les emplois et leur site de production dans la Somme qui compte 12% de chômeurs, 3 points de plus qu’au niveau national. Plus de 1200 emplois directs sont en jeu et 4000 avec les sous-traitants dans une région qui compte déjà près de 20% de chômeurs.


14 février 2013

Ce groupe américain riche de plus de 50 sites dans le monde a pour objectif de délocaliser sa production de pneus pour suivre les constructeurs automobiles, comme Renault et répondre à l’appétit de ses actionnaires. Goodyear, tout en continuant à verser des dividendes à ses actionnaires, s’apprête à jeter 1250 salariés et leur famille au chômage et dans la précarité, au nom de la compétitivité et en toute impunité. C’est honteux et inacceptable !

Le PCF s’insurge aussi contre le mauvais procès fait au syndicat CGT Goodyear, accusé notamment par les médias et certaines organisations syndicales de porter la responsabilité de la fermeture du site. Affirmer cela, c’est oublier que le pouvoir de décisions dans les entreprises appartient aujourd’hui à la direction qui s’est désengagée sur le plan des investissements et a transféré des productions. Affirmer cela, c’est oublier que les plans sociaux, les délocalisations frappent toutes les industries avec leurs conséquences sur les PME TPE, et sans réelle réaction du gouvernement. 

Pour défendre l’outil industriel et lui garantir un avenir, il est urgent au contraire de donner des nouveaux droits aux salariés, un vrai pouvoir face à un groupe qui cumule les profits.

Le PCF et ses partenaires du Front de gauche se placent résolument aux cotés des salariés et de leurs organisations syndicales qui luttent et refusent des licenciements dans les groupes qui font du profit.

Avec les parlementaires Front de gauche, ils affirment l’urgence d’une loi pour interdire les licenciements boursiers.


Je contribue
La contribution

forum info modere