7 septembre 2010 :

Retraites

A l’appel de tous les syndicats unis, nous vous donnons rendez-vous :

MARDI 7 SEPT. 9H45 PLACE DU 1er MAI (devant les pompiers)


26 août 2010

Affaires, retraites, dette, G20, sécurité, football... Nicolas Sarkozy, à la télé cet été, a tricoté un invraisemblable patchwork même pas digne du meilleur du café du commerce. Le président n’a pas hésité à se fendre en direct d’un conseil à son ami Woerth, « un homme honnête et compétent ! », celui de démissionner de ses fonctions de trésorier de l’UMP. Il n’hésite pas à manier légèrement les contrevérités prétendant qu’au nom de la République irréprochable il n’aurait pas hésité à se séparer de deux ministres indélicats.

Sur les retraites, comme sur les autres sujets d’actualité, il a répété les même ritournelles : « la fiscalité en faveur des plus riches », « c’est utile pour les plus pauvres », « travailler plus », mais maintenant il n’est même plus question d’y rajouter pour gagner plus et, pire encore, les leaders syndicaux seraient populistes, les manifestants animés par la peur... Rassurez-vous, Nicolas Sarkozy serait là pour nous protéger. Les Français connaissent bien la chanson, mais c’en est une autre qu’ils réclament. Comme l’ont montré les puissantes manifestations du 24 juin et la défaite de la droite ce week-end dans son fief de Rambouillet, la politique du gouvernement est durablement contestée, il doit arrêter de faire la sourde oreille et changer de politique. Le disque de la droite est rayé. C’est ce qui a conduit Nicolas Sarkozy à prendre le ton patelin du conseilleur, en qui plus personne ne croit. La droite est incapable d’inventer les réponses à la crise à laquelle ses politiques ont conduit.

En réalité, c’est le spectacle tout entier de la politique gouvernementale qui doit s’arrêter. Le gouvernement et Nicolas Sarkozy doivent cesser de passer en force. La démocratie doit retrouver ses droits et la dignité sa place dans la conduite des affaires publiques. Plutôt qu’un jeu de chaises musicales destiné à amuser la galerie sans rien changer, la situation exige du gouvernement trois mesures immédiates :

-  L’abandon de son projet de réforme des retraites. Le projet de loi doit être retiré de l’ordre du jour du Conseil des ministres et du Parlement, et le dossier retiré à Eric Woerth.
- Le bouclier fiscal doit être supprimé et les fonds récupérés mis au service de l’emploi public et du pouvoir d’achat populaire.
- Les attaques contre la démocratie doivent cesser et le projet de réforme des collectivités territoriales que le gouvernement cherche actuellement à imposer au Sénat immédiatement abandonné.

A l’appel de tous les syndicats unis, nous vous donnons rendez-vous :

SAMEDI 7 SEPT. 9H45 PLACE DU 1er MAI (devant les pompiers)


Je contribue
La contribution

forum info modere


Posté le vendredi 27 août 2010 par andré martin
Retraites

Une Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy intitulée "Les Français n’ont pas besoin de travailler plus longtemps, mais de travailler tous !" lui a été adressée le 24 août, afin de lui rappeler que le problème du chômage est beaucoup plus grave et donc plus urgent à traiter que celui des retraites. Et que plusieurs des réformes votées par les députés UMP depuis 2007 aggravent au contraire le chômage. Lire cette Lettre ouverte sur http://www.retraites-enjeux-debats.org/spip.php?article316

Lire aussi notre Lettre ouverte aux jeunes intitulée « Dénoncez ces réformes qui vous ferment les portes de l’emploi et des entreprises ! » … sur http://www.retraites-enjeux-debats.org/spip.php?breve76