Communiqué de presse : :

Réponse à l’UMP

Nous partageons l’aspiration légitime de nos concitoyens à vivre dans la tranquillité et la sécurité. Il est surprenant que l’opposition municipale vienne donner des leçons sur la sécurité alors que ce sont leurs amis qui ont géré ce ministère et le pays depuis 10 ans. Faut-il rappeler que Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux ont été l’un et l’autre ministre de l’intérieur ? Faut-il rappeler leur bilan ?


27 novembre 2012

L’idéologie de baisse de la dépense publique a abouti avec la Révision Générale des Politiques Publiques à la suppression de 10 000 postes de police nationale depuis 2008, à la suppression de la police de proximité depuis 2003.

La loi du 5 mars 2007, destinée à juguler la délinquance juvénile, aboutissait en fait à faire des maires des auxiliaires de justice et de police, ensuite.
Les maires, dont la justice et la police ne sont pas les métiers, ont été obligés de pallier aux carences de l’Etat qui s’était défait, jour après jour, de ses missions régaliennes dont celle d’assurer la sécurité intérieure et le maintien de l’ordre public,

Les 80 postes réclamés par l’opposition à la ville de Clermont représenteraient un budget de près de 1 600 000€. C’est une proposition surprenante quand on pense aux virulentes attaques de l’UMP contre les collectivités « vivant au dessus de leurs moyens » et ayant une « politique d’embauche pléthoriques ».

Nous ne pouvons accepter que les maires aient à gérer de telles situations de dégradation sociales pour lesquelles ils n’ont aucune formation, ni les moyens d’y faire face. Pour notre part, sachant que de l’avis de tous, les graves incidents survenus la semaine dernière sont le fait d’une poignée d’individus, nous considérons que la sécurité est une question qui passe par des moyens humains et non par l’installation de caméras, c’est à dire par l’existence et le développement du service public national de la police. L’engagement de François Hollande de renforcer des effectifs de la police, de la justice et de la gendarmerie de 1 000 postes par an est un signe positif qui va dans le bon sens.

Mais la réponse ne peut être que dans le renforcement des forces de l’ordre. Il faut véritablement une autre politique à gauche où l’humain est au centre des préoccupations politiques des élus comprenant la formation, la prévention, l’école, l’emploi, les salaires, la protection sociale, au final, une politique qui réhabilite le vivre ensemble.

Christine THOMAS-BICHON
Présidente de l’ADECR
Adjointe maire de Beaumont

Cyril CINEUX
Secrétaire départemental du PCF 63
Président du groupe communiste à Clermont-fd


Je contribue
La contribution

forum info modere