LA CULTURE EN DANGER :

Rassemblement Jeudi 6 mai à 14h devant à la préfecture de Région

" Les différentes réformes impulsées par le Gouvernement provoquent l’asphyxie des collectivités qui décident de réduire leurs budgets culturels. En Auvergne, le Conseil général du Puy de Dôme est le 1er à décider d’amputer son budget culturel 2010 de 30%, baisse qui va fragiliser tout le tissu associatif et professionnel. "


5 mai 2010

Un rassemblement des acteurs culturels qui se sentent concernés par la journée nationale de la Culture en danger aura lieu, demain, jeudi, à 14h, devant la préfecture de Région à Clermont-Ferrand.

Dans un communiqué, le collectif qui a tenu une réunion, samedi soir à la maison de la culture précise : " Les différentes réformes impulsées par le Gouvernement provoquent l’asphyxie des collectivités qui décident de réduire leurs budgets culturels. En Auvergne, le Conseil général du Puy de Dôme est le 1er à décider d’amputer son budget culturel 2010 de 30%, baisse qui va fragiliser tout le tissu associatif et professionnel. "

Chômage et précarité

"Le monde culturel s’élève contre cette décision injuste qui va provoquer, en pleine crise, chômage et précarité. Pour défendre la place de l’art et de la culture dans notre société", le collectif appelle tous les spectateurs, étudiants, amateurs de culture et membres de compagnies à le rejoindre le jeudi 6 mai, à 14 heures, devant la préfecture.

ART, CULTURE : URGENCE !

Pour une négociation nationale sur l’avenir de la culture !
Depuis les élections régionales de mars 2010, face au désaveu que l’électorat lui a fait subir, le gouvernement a décidé de « serrer les rangs » et paradoxalement d’accélérer sa politique désavouée par l’électorat et d’en aggraver les effets destructeurs. Le champ des arts et de la culture reste pour lui un champ privilégié de « réforme » et de reprise en main.
Pourtant, après les journées d’action du 5 janvier puis du 29 mars dernier, la riposte se renforce et s’élargit dans le champ des arts, de la connaissance et des politiques publiques : face au mutisme gouvernemental, l’espoir renaît. Le moment est venu de « changer d’échelle » et de sortir du face-à-face mortifère dans lequel le pouvoir veut cantonner son dialogue de sourds avec les acteurs culturels, face à la désagrégation de politiques qui concernent la société tout entière.

RÉSISTER


La journée d’action du 6 mai, par la diversité des acteurs qu’elle rassemble, organisations syndicales et professionnelles, associations culturelles et représentatives des publics, montre que le moment est venu de réaffirmer avec force, au-delà de la volonté unitaire de résistance, l’ambition d’une véritable alternative pour l’art, la culture et la connaissance.
C’est un combat de longue haleine qui passe par la reprise d’un dialogue approfondi entre les pouvoirs publics et les acteurs du champ culturel, pour la satisfaction des principales revendications des professionnels de la création artistique, mais aussi pour l’appropriation par la société toute entière des arts vivants et des pratiques culturelles.
Il s’agit aujourd’hui de donner un coup d’arrêt à la marchandisation rampante de tout le service public de la culture — la RGPP, la suppression de la compétence générale et la création du Conseil de la création artistique n’ont pas d’autre objectif — et à l’offensive néo-libérale qui frappe les arts et la culture, tout comme l’éducation et la recherche, la santé, les retraites, la sécurité sociale, ou les services publics des collectivités locales…

CONSTRUIRE


Le choix de la culture est un choix de société. C’est le choix de la création vivante face au divertissement. C’est le choix de l’imaginaire et de l’espoir face à la résignation.
Le moment est venu d’imposer à Sarkozy et à son gouvernement une grande négociation nationale, impliquant représentants de l’État et des collectivités locales, parlementaires, représentants des professionnels des arts et de la culture, associations représentatives des publics, mouvements d’éducation populaire et autres…, pour remettre la politique culturelle au cœur de la responsabilité publique, et redonner à tous ses acteurs les moyens matériels et humains d’accomplir leur mission. De cette grande négociation devra découler une loi d’orientation et de programmation budgétaire affirmant la responsabilité publique partagée du champ des arts et de la culture.


Je contribue
La contribution

forum info modere