Cyril CINEUX :

RAPPORT INTRODUCTIF du 16 septembre

Cher(e)s camarades,

L’été a été marqué par la suite sans fin de l’affaire Woerth/Bettencourt montrant les liaisons troubles et dangereuses entre la droite et les milieux d’affaires.


17 septembre 2010

Cher(e)s camarades,

L’été a été marqué par la suite sans fin de l’affaire Woerth/Bettencourt montrant les liaisons troubles et dangereuses entre la droite et les milieux d’affaires. A ce propos, je vous conseille la lecture du livre « Histoire secrète du patronat français » qui retrace la vie du patronat depuis la libération, et qui montre comment les dirigeants d’entreprises ayant collaboré ont été recyclés ailleurs, comment les gouvernements successifs de droite et ceux de gauche ont fait la fortune de certains industriels au détriment de la République et du peuple français. C’est la preuve s’il en fallait une, de la lutte de classe que mène la bande du Fouquet’s. Le libéralisme a besoin d’individualisme pour progresser et infiltrer tous les domaines de la vie mais les classes dominantes ont bien compris que c’était l’union qui faisait force. A cet individualisme qu’elles théorisent comme étant le bonheur suprême pour chaque individu, elles préfèrent la conscience de classe, de leur classe et de son rôle. Et c’est bien parce que la classe des exploités, des prolétaires, de celles et ceux qui n’ont que leur force de travail, physique ou intellectuelle, pour vivre est si morcelée, si divisée que la classe dominante peut régner sans partage. Cependant, depuis le début de la crise du capitalisme, la bataille des retraites et les feuilletons politico-financiers, les consciences de classe sont travaillées.

Face à ces affaires, le gouvernement a tenté de détourner l’attention de l’opinion en jouant sur le registre sécuritaire et en jetant à la vindicte populaire des boucs émissaires. Même si cette opération d’enfumage n’a pas marché. Pourtant, on ne peut être qu’abasourdi face à la violence de ce gouvernement vis à vis des populations migrantes, des gens du voyage, face à la stigmatisation des étrangers. Le gouvernement va même plus loin dans la stigmatisation en instituant 2 sortes de français : les français et les français d’origine étrangère. N’en doutons pas, cette orientation n’est ni circonstanciel, ni le fruit du hasard. Elle participe pleinement du combat idéologique de la droite pour faire tomber les solidarités et diviser les exploités. Car même si cette opération de détournement n’a pas réussi, elle laisse des traces profondes. Ne sous estimons pas cette offensive idéologique si grave qu’elle a conduit à la mise à l’index de la France par l’ONU, à des réactions internationales et à des menaces de sanction de la part de Bruxelles. Pourtant malgré cette gravité, la réponse de la gauche ne semble pas à la hauteur et n’a pas permis d’enrayer la machine gouvernementale.

Il faut continuer à monter notre opposition totale à ce qui se passe et contre attaquer idéologiquement en promouvant un monde de fraternité où la libre circulation des femmes et des hommes prendrait le pas sur la libre circulation des capitaux.

Cette opération n’a pas détourné l’attention de l’opinion : les manifestations du 7 septembre ont été un succès considérable.
Il faut ajouter à cela qu’un sondage sorti le même jour indiquait que 70% des français soutenaient les manifestants. L’opposition à la réforme des retraites s’est renforcée depuis le début de l’été malgré le travail pédagogique du gouvernement.

Nicolas Sarkozy l’a dit : la réforme des retraites serait la mère des réformes, celle qui déciderai du résultat de l’élection présidentielle. Retranchés derrière la légitimité du suffrage universel, la droite et le Medef ont fait bloc pour que cette réforme soit adoptée le plus vite possible. Ce faisant, ils mettent à mal une nouvelle fois l’état social de notre pays en niant la légitimité des manifestants et des organisations syndicales.

Malgré tout, la mobilisation et la motivation sont fortes avec une unité syndicale large au moins sur l’action dans la rue. L’unité à gauche semble se faire sur la nécessité en premier lieu de parvenir au retrait de cette réforme. Un sondage BVA paru avant-hier montre que les français souhaitent majoritairement, à 57%, que le gouvernement cède sur l’âge de départ en retraite à 62 ans. Un autre sondage montre qu’une majorité de français souhaite un pouvoir de gauche mais, paradoxe des paradoxes, pense qu’un gouvernement de gauche ne ferait pas mieux que la droite. D’où la nécessité de ne rien lâcher sur le fond, d’expliquer qu’une autre réforme est possible et que les financements existent. Utilisons la proposition de loi pour faire contre poids aux thèses libérales et sociales libérales en promouvant une nouvelle ère de civilisation où le temps travaillé et le temps de repos sont réconciliés, une ère de formation et de culture, une ère d’emplois utiles pour tous, une ère où la solidarité entre les générations garantie l’accès de tous à une vie décente et aux mêmes droits. La spécificité de notre apport dans cette bataille réside ici : nous nous battons pour imposer quelque chose de mieux, nous ne sommes pas sur le « reculoir » pas seulement sur la défense d’un acquis, nous nous battons pour le progrès social.

C’est d’ailleurs ce que fera ressortir André CHASSAIGNE au meeting unitaire du 27 septembre où il sera au côté de Jean Luc Mélenchon, Razzie Hammadi, Olivier Besancenot et des représentants d’une dizaine d’organisations politiques et syndicales. Cette initiative a été décidé par le collectif unitaire sur les retraites auquel nous participons. Nous avons d’ailleurs à notre charge 3000 tracts à distribuer et 200 cartons à réaliser. Ce meeting va permettre de montrer que même après l’adoption de la loi, la bataille continue, comme pour le CPE. C’est une question de choix de civilisation.

Une série d’affiches est disponible à la fédération pour mener une grande campagne d’affichage pour le 23 septembre. Cela permettrait de rendre plus visible et notre présence dans la bataille et nos propositions.

Une radiographie du PCF a été réalisée par l’Institut IFOP. Même s’il faut toujours se méfier de ce genre d’examen, les résultats pourraient être meilleurs :

-  39% des sondés voient le PCF comme un parti qui veut changer la société contre 41%
-  48% contre 38% nous voient comme un parti comme les autres
-  Seul 31% voit le PCF comme un parti utile pour défendre les salariés contre 48%
-  Plus grave, nous ne présentons des solutions originales que pour 11% contre 67
-  Nous sommes un parti qui s’est transformé pour 23% contre 58%
-  Et enfin pour 58% contre 22%, le PCF est condamné à disparaître.

Même si ces résultats ne sont pas très satisfaisants, il existe des éléments intéressants :

-  la radiographie montre que notre électorat est plus civique et plus impliqué dans la vie politique.
-  Elle montre aussi que la tranche d’âge des 18-24 ans a plutôt une image positive du PCF, image positive qui se retrouve chez les retraités, les ouvriers et plus étonnant chez les professions libérales et les cadres supérieurs.
-  Cette radiographie montre enfin que nous devons vraiment faire connaître plus et mieux l’originalité de nos propositions.

J’en viens maintenant au 2éme événement de cette rentrée, c’est bien sur la fête de l’Huma qui a accueilli de nouveau plus de 600 000 visiteurs durant 3 jours. Elle a été marquée pour nous par 2 événements : la sortie du Livre d’André « Pour une Terre commune », et un événement d’ampleur national : la déclaration de candidature à la candidature d’André Chassaigne. Celle-ci se situe dans le cadre du Front de Gauche et vise à permettre le débat sur le candidat du Front de Gauche pour 2012. Nous entrons, ici plus qu’ailleurs, dans le débat sur la présidentielle. Essayons de mener ce débat sereinement, respectueusement pour en sortir par le « haut », ne le menons surtout pas comme une lutte, un rapport de force au sein du Front de Gauche entre le PCF et le PG, mais bien comme un débat sur le meilleur candidat pour porter l’ambition commune du Front de Gauche.

La Fête de l’Humanité a été une réussite pour notre stand avec un bénéfice qui devrait avoisiner les 5000€ et un total de 80 livres d’André vendus sur le stand. Nous devons maintenant envisager une animation plus politique du stand que cela soit sur les adhésions, le ou les débats politiques ou la tonalité générale du stand.

L’actualité, pour nous, c’est maintenant de lancer le travail concret sur le pacte d’union populaire avec les syndicalistes, les citoyens, les élus afin de créer une dynamique d’union populaire. Peut être pourrions nous commencer par faire un recensement de tous les gens susceptibles d’être intéressés par notre démarche de construction citoyenne ?

L’actualité c’est aussi les élections cantonales qui auront lieu l’année prochaine. Elles revêtiront une importance particulière puisque ce sera les dernières élections avant 2012. Elles auront donc une dimension nationale et locale.

Sur le Puy de Dôme nous avons 3 membres du Groupe communiste et républicains qui sont sortants : Jacky Douarre sur le canton d’Ambert, Michel Girard sur le canton de Saint Gervais et Bernard Favodon sur le canton de Combronde.

Lors de la dernière réunion du Front de Gauche nous avons fait un tour d’horizon de chaque canton. Le voici : en édictant 2 principes : d’abord nous souhaitons avoir des candidatures Front de Gauche dans le maximum de cantons, tous si cela est possible, ensuite qu’il y est bien évidemment la priorité aux sortants.


Je contribue
La contribution

forum info modere