Clermont-ferrand - St Joué les tours :

Michelin : 700 suppressions d'emploi de trop

« Michelin se distingue encore une fois par son cynisme, sa brutalité : avec un chiffre d’affaires en augmentation de 25 % et un bénéfice net de 1,5 milliards d’euros, Michelin a le culot d’annoncer 700 suppressions d’emplois, sans compter les dégâts sur la sous-traitance.

Encore une fois, les salariés sont la variable d’ajustement des profits, au plus grand bénéfice des actionnaires. Pourtant, il faut le dire et le redire, ce sont les salariés qui fabriquent et qui crée la richesse de cette entreprise de ce pays. Malgré cela, les salaires de Michelin sont dans les plus bas des entreprises du caoutchouc et ne représente que 20 % du chiffre d’affaires. Cela veut dire que Michelin a suffisamment de moyens pour augmenter les salaires, cela contribuerait à la relance économique et à la croissance.


11 juillet 2013

Mais en plus, Michelin profite d’exonérations de cotisations sociales patronales, ces fameuses charges qui pèsent sur l’entreprise, ces charges qui financent la sécurité sociale, les retraites. Ces exonérations de charges sont censées maintenir et développer l’emploi, on en voit bien l’efficacité, les exonérations n’ont jamais été aussi importantes et le chômage jamais aussi élevé.

Michelin profite du crédit impôt compétitivité-emploi, du crédit impôt recherche, cela représente près de 150 millions d’euros entre 2010 et 2014. Cela veut dire qu’une partie de la recherche est payée par nos impôts. Cela justifie pleinement notre exigence que Michelin maintienne et développe l’emploi en France, dans nos régions. Et avec 1,5 milliards d’euros de bénéfices il est tout à fait possible de maintenir l’emploi.
L’emploi, c’est aussi soi-disant la priorité du gouvernement. C’est d’ailleurs pour cela qu’il distribue des milliards d’euros aux entreprises avec l’efficacité que l’on constate tous les jours. À l’annonce de Michelin, la réaction du gouvernement a été en dessous de tout, inaudible. Elle rappelle furieusement la réaction de Jospin en 1999 qui faisaient le constat de son impuissance. La gauche n’a pas été élue pour faire le constat de son impuissance.

Quand on fixe comme priorité l’emploi, on ne fait pas passer à l’Assemblée Nationale une loi comme L’ANI qui visait à sécuriser les parcours professionnels mais qui en réalité a été tout bénef pour le Medef. Cette loi, elle flexibilise le travail pour sécuriser le capital, elle encourage les entreprises à faire comme Michelin.
Quand on veut lutter pour l’emploi, la première des choses est de tout faire pour éviter les licenciements. Si le gouvernement avait du courage, s’il était déterminé à lutter pour l’emploi, il aurait accepté la proposition de loi des députés communistes et Front de Gauche visant à interdire les licenciements boursiers et les suppressions d’emplois abusives que le Front de Gauche avait déposé à l’Assemblée Nationale le mois dernier.

Si cette loi avait été adoptée, elle aurait interdit à une entreprise ayant reversée des dividendes à ses actionnaires de pouvoir pratiquer des licenciements économiques. Cette loi aurait aussi permis que les entreprises qui touchent des fonds publics et qui licencient, ne puissent pas le faire ou alors soit obligées de rembourser les aides publiques perçues.

Le gouvernement peut remettre, quand il le souhaite, cette loi à l’ordre du jour pour arrêter la spirale des licenciements injustifiés. Surtout que cette loi a été votée en février 2012 par les sénateurs socialistes. Pourquoi ce qui était souhaitable est possible sous un gouvernement de droite ne le serait plus sous un gouvernement de gauche ?

Au contraire, ce texte est plus que jamais indispensable à la gauche pour faire cesser le coup de force permanent des financiers contre l’emploi.
Le gouvernement doit choisir entre la finance ou le peuple. Et pour cela, il faut se doter d’outils permettant de combattre la finance.

Pour nous, c’est l’humain d’abord et la finance dehors.

Je peux vous assurer du soutien des militants communistes et du Front de gauche mais aussi celui des élus communistes et particulièrement celui d’André Chassaigne qui portera vos revendications au plus haut niveau et qui se battra à l’assemblée nationale pour que ces pratiques scandaleuses soient interdites. »
Intervention de Cyril CINEUX


Je contribue
La contribution

forum info modere