Toujours à propos du Free-Wheels :

Mettre fin à la loi du silence

Quand M. SERIN a fait venir le Free-Wheels, nous avions tout de suite alerté sur les dangers d’une telle organisation ; non pas que nous étions contre une initiative qui peut réunir beaucoup de monde mais bien à partir de la connaissance que nous avions des organisateurs : les Hells Angels.
Ils ont non seulement sévi plusieurs années à Cunlhat, avec les dégâts que l’on connaît, mais ils ont aussi défrayé la chronique de nombreux journaux avec des morts lors de rassemblements récents et avec l’emprisonnement d’un des trois sociétaires de la structure organisatrice de Courpière. Rappelons que dans de nombreux pays, ils sont considérés comme une organisation mafieuse.


9 novembre 2011

Malheureusement pour Courpière, nous avions raison.
Aujourd’hui, M. SERIN fait « profil bas » tout en faisant cette déclaration inouïe au conseil municipal : il croit à « la seconde chance », espérant que le Free-Wheels pourra continuer à Courpière !
Il affirme de plus que cela n’a rien coûté rien aux Courpiérois, ce qui est faux.

D’abord, parce que les services municipaux ont été entièrement mis à la disposition de cet organisateur privé et que la commune a dû payer du matériel, aller chercher dans plusieurs communes du Puy de Dôme près de mille barrières et payer la location du collège pour les services de sécurité.
Ensuite, comme contribuables, nous paierons la facture de l’organisme public d’électricité qui a été mis à contribution pour un événement, comme nous l’a écrit le Sous Préfet de Thiers.

Enfin, suite à la liquidation, de très nombreuses entreprises locales ne verront pas le règlement de leur facture ; y compris la communauté de communes pour le ramassage des ordures, le syndicat de la Faye pour l’installation de tout le réseau d’eau potable, et le syndicat rive gauche de l’Allier pour la fourniture d’eau potable.
Concernant ce dépôt de bilan, il faut préciser que le découvert était de 56000 euros pour 2010 et que le bilan, au lieu d’être déposé légalement en Juillet 2011, ne l’a été qu’en Septembre 2011. Ce qui a permis de pouvoir organiser l’édition 2011 et de ne découvrir qu’après l’immense déficit : un trou de 650000 euros soit 155 euros par Courpièrois !

ET MAINTENANT
Et malgré tout cela, M. SERIN, expert-comptable de son état, n’en savait rien. Les entreprises et les collectivités du bassin de Thiers ont assez de difficultés sans leur imposer une nouvelle fois des organisations à risque. Les bénévoles et leur associations ne doivent pas être dévoyés au service de pratiques douteuses.
Il serait donc irresponsable d’envisager une nouvelle édition.
Au contraire, il faut faire toute la lumière sur les responsabilités de ce scandale financier en déposant une plainte contre X avec constitution de partie civile auprès du Procureur de la République. Il faut aussi mettre en alerte la Chambre Régionale des Comptes.
Nous agirons dans ce sens avec toutes les parties prenantes.
Courpière a certes besoin de retrouver le dynamisme mais pas à n’importe quel prix !


Je contribue
La contribution

forum info modere