Journée de mobilisation intersyndicale :

Manifestation du 23 mars

A l’appel des syndicats CGT, Solidaires, CFDT et Unsa, un cortège de + 6.500 manifestants, salariés du public et du privé issus de l’Éducation Nationale, de La Poste, de Limagrain, du Syndicat autonome des transports urbains clermontois (Satuc) T2C, de la fédération départementale du logement CNL 63... ont manifesté ce mardi à Clermont ferrand.


25 mars 2010

A l’appel des syndicats CGT, Solidaires, CFDT et Unsa, un cortège de + 6.500 manifestants, salariés du public et du privé issus de l’Éducation Nationale, de La Poste, de Limagrain, du Syndicat autonome des transports urbains clermontois (Satuc) T2C, de la fédération départementale du logement CNL 63... ont manifesté ce mardi à Clermont ferrand pour la défense de notre système social.

Il n’y a aucune fatalité à renoncer aux retraites par répartition ni à accepter décote ou recul de l’âge légal de départ en retraite. La question du financement des retraites est directement liée à celle de l’emploi et de l’activité. Elle est également indissociable de celle des salaires et de la répartition des richesses produites par le travail.

L’argent existe, il faut une autre répartition !

Les fausses propositions de la Droite et du MEDEF :

Depuis maintenant de longues années, la droite veut nous faire croire qu’il n’existe que 3 solutions :

1 - réduire le niveau des pensions

2 - augmenter les cotisations

3 - repousser l’âge de la retraite

Tout cela en allégeant les charges patronales, c’est à dire entre autres, leur participation à la retraite.

La prolongation des études et l’accès tardif à un emploi stable, se traduisent souvent par une impossibilité d’atteindre les 160 trimestres validés à 60 ans, en fin de carrière ...

Ils veulent nous faire croire que les jeunes générations cotisent à fonds perdus et ne recevront rien en contre partie de leurs cotisations. Si les jeunes générations jouent le jeu, le système perdurera et les jeunes en bénéficieront, comme les générations précédentes.

Les libéraux veulent tout simplement remplacer le système social existant par des systèmes privés.
Ces mesures constituent une régression sociale jamais vue dans notre pays et ne sont en aucun cas des solutions.

L’objectif est simple : attiser la concurrence entre les générations afin d’offrir une manne financière supplémentaire aux grands intérêts privés.

Après la crise financière le système privé anglo- saxon a échoué, le système privé américain coûte plus cher que le système français (16,5% du PIB contre 11% en France).

Les propositions du Parti Communiste Français :

1 - Taxer le capital. La finance ne participe pas aujourd’hui à la solidarité nationale. Au contraire, elle la détruit.

2 - Supprimer les 30 milliards d’exonérations de cotisations sociales dont bénéficient les entreprises. Ces cadeaux au patronat n’ont créé, ni sauvé aucun emploi. Ces 30 milliards permettraient de boucher largement le déficit de la branche retraite de la sécurité sociale qui était de 7,7 milliards en 2009.

3 - Mettre en place un système de sécurité d’emploi et de formation permettant d’alterner l’emploi et formation sans passer par la case chômage.

La véritable cause des déficits actuels des caisses de retraite est le produit du défaut de cotisations sociales dû au chômage de masse et au blocage des salaires.


Je contribue
La contribution

forum info modere