MANIFESTE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES

Manifeste contre les violences faites aux femmes :
Pas en mon nom !
Dans un contexte où les conditions sociales et économiques des femmes se dégradent, les femmes victimes de violences conjugales subissent de plein fouet le désengagement de l’Etat et les pressions administratives pour minimiser les faits : augmentation du nombre de plaintes classées sans suite, orientation vers des structures vitrines inadaptées, etc.
Cette situation n’est pas tolérable. Nous alertons nos concitoyennes et concitoyens.


5 avril 2011

1. Parce que dans mon pays une femme meurt tous les deux jours et demi sous les coups de son conjoint.
2. Parce qu’une femme qui subit des violences, en plus des humiliations, du harcèlement, des menaces, des coups de la part de son conjoint, subit la surdité, la non assistance et l’indifférence des pouvoirs publics.
3. Parce que le Gouvernement, alors qu’il prétendait faire de la lutte contre les violences faites aux femmes une Grande Cause Nationale en 2010, alors qu’il fait toujours semblant de s’indigner, met en réalité en œuvre des dispositifs visant à faire taire les femmes victimes.
4. Parce que souvent les services publics de police, de gendarmerie et de justice ne soutiennent pas les femmes victimes et que ceux qui, parmi les policiers, les gendarmes, les magistrats, sont compétents, ne sont pas soutenus.
5. Parce que par manque de moyens et par choix, la préservation des biens est prioritaire au détriment de la sécurité des personnes.
6. Parce que les femmes victimes sont contraintes à des arrangements à l’amiable qui coûtent moins cher que des poursuites et qui font baisser les statistiques.
7. Parce que les associations historiques, spécialistes et indépendantes, de défense des femmes, sont méthodiquement asphyxiées.
8. Parce que plus on est vulnérable, plus on a besoin de services publics et que ceux-ci disparaissent progressivement.
9. Parce que dans mon pays, mieux vaut être homme, blanc, rentier et en bonne santé.

Cette République là n’agit pas en mon nom !

premier(e)s signataires
 : André Chassaigne (Député du Puy de Dôme), Cyril Cineux (Secrétaire fédéral PCF 63), Agnès Mollon (Conseillère régionale Auvergne), Patricia Aucouturier (Conseillère municipale Clermont-Fd-63), Claire Joyeux (Conseillère municipale Cournon-63), Christian Sinsard (Maire d’Aubière - 63), Eliane Brousse (bureau d’Europe Ecologie-Les Verts Auvergne), Montserrat Forte (Conseillère municipale Aubière-63), Yves Réverseau (Conseiller municipal Clermont-Fd-63), Maïté Ballais (Conseillère régionale Auvergne), Julien Pauliac ( Secrétaire général UD CGT 63), Philippe Bonnet (UD CGT 63), Martine Donio (Solidaires 63), Patrick Vellard (Solidaires 63), Claude Delétang (FSU 63), Serge Brugière (secrétaire CGT Auvergne), Jacqueline Bonnefoy (CGT CESER Auvergne).

Signez le manifeste


Je contribue
La contribution

forum info modere