ADECR Puy-de-Dôme :

Les conséquences de la crise pour les collectivités territoriales

Initiative inhabituelle vendredi 23 janvier à La Plaine, avec l’organisation, par les élus communistes et républicains du Puy de Dôme, d’une réunion publique sur la crise pour les collectivités territoriales et leurs habitants.
Pour ouvrir la discussion, Jean Pierre BRARD, rapporteur des députés communistes à l’Assemblée Nationale.


10 février 2009

Pour le député de la Seine Saint Denis, la crise n’est pas venue des Etats-Unis, elle trouve sa source dans les politiques pratiquées dans notre pays depuis deux décennies.

Il a rappelé que les revenus du capital ont été augmentés d’un quart au détriment des revenus du travail. Suivant une des formules de l’orateur : « plus ils ont de milliards moins on a de milliers d’euros ».
Comme le fait que la valeur boursière n’est pas la valeur de l’entreprise comme nous le constatons chez Renault et dans de nombreuses entreprises du pays.
Ce n’est pas en tentant de développer l’autoritarisme du pouvoir, à l’assemblée comme dans le pays, que nous trouverons des solutions.

JP BRARD a plaidé pour que l’on défende des propositions claires : augmenter le pouvoir d’achat des revenus les plus modeste, SMIC à 1500 € en deux ans, prêt aux particuliers à très faible taux pour réaliser des travaux immobiliers, que le coût des suppressions d’emplois soit supporté par les actionnaires…et des propositions bien connues par les lecteurs de REGARDS.

Le débat, auquel ont participé de nombreux élus et citoyens, parmi la soixantaine de participants (tes), a porté sur un vécu terrible (emplois, pouvoir d’achat, la fermeture de l’usine Michelin de Chappes qui prive la collectivité de 800.000 € de ressources, les catastrophes en cours sur certains bassins d’emplois, comme Thiers, baisse des dotations d’Etat aux collectivités….). Une inquiétude réelle sur les finances locales, le « vol » de l’Etat à leur égard, sur la nécessaire défense de l’impôt, fondement de la république et de la solidarité nationale, l’attitude des banquiers….

André CHASSAIGNE, a rappelé fortement la nécessité d’une réforme de la fiscalité locale.

Quel devenir pour la taxe professionnelle ? La baisse des aides de l’Etat est forte cette année puisque 14.000 des 36.000 communes voient une baisse réelle dans leur budget. L’Etat brise les finances des collectivités mais les sollicite pour amortir les effets de la crise. Il se bat pour des tables rondes dans les bassins d’emplois, avec les salariés et leurs syndicats, les élus. Ne faut il pas se battre sur des budgets « de lutte » dans nos collectivités, pour mieux faire comprendre à nos habitants les enjeux financiers qui les menacent. Car au final ce sont les ménages qui vont devoir payer.
En conclusion, JP BRARD rappelait que la crise va être terrible pour le plus grand nombre, mais que l’on profite de la crise pour expliquer comment se créent les richesses, les valeurs. Sans doute devons nous être mieux aptes à expliquer et gagner des batailles. De même sommes nous, suite à une question, trop timorés en matière de développement durable, véritable enjeu pour la planète et les générations futures.
Il soulignait les dizaines de milliards d’euros disponibles rapidement. Y a-t-il encore un budget puisque les annonces nouvelles représentent la moitié du budget annuel de la nation ? Et pour lui la question essentielle est la répartition de la richesse produite par le travail.
Oui vaste question que les participants s’engagent à porter avec les militants, citoyens et dans la lutte puisque toutes et tous se sont données rendez vous à la manifestation du jeudi 29 janvier.
Jean Claude JACOB


Je contribue
La contribution

forum info modere