Conférence de presse :

Les Groupes Front de Gauche et le transport public

Depuis quelques temps, les problèmes de transports publics, aériens, ferroviaires ou routiers s’accentuent. Les difficultés rencontrées par les usagers s’accroissent et les menaces sur les services publics se font pressantes.

C’est pourquoi les groupes Front de Gauche (élus communistes et apparentés, Parti de Gauche et Gauche Unitaire) de Clermont, de Clermont Communauté, du Conseil Général et du Conseil Régional ont créé une commission de travail pour faire le point de ces dangers, et présenter des propositions à soumettre aux usagers et aux populations afin qu’ensemble nous puissions redonner à tous les transports en commun leur raison d’être : permettre au citoyen de se déplacer notamment pour se rendre sur son lieu de travail dans des conditions optimum.


17 novembre 2011

En effet, de toute part, l’offensive contre le service public des transports est en route. Nous avons là, l’application de le politique libérale de Sarkozy qui fait des émules dans les rangs d’élus, qui bien qu’ils s’en défendent, roulent dans le même sens.

La libéralisation du transport serait la réponse aux carences du système actuel.

Dans le domaine aérien, la concurrence sauvage que se livrent les compagnies entre elles a des conséquences importantes sur des aéroports de la dimension de celui de Clermont-Ferrand. Pour tendre vers toujours plus de profits pour leurs actionnaires, les compagnies ne se tournent que vers les lignes les plus rentables ou sinon exigent des collectivités une contribution au financement. A titre d’exemple, est-il acceptable qu’en 2009, Ryanair ait reversé à ses actionnaires le montant équivalent des subventions perçues des collectivités sur le territoire national, environ 350 millions € ?
C’est cette même politique qui amène l’exploitant historique Air France à remettre en cause des lignes au départ de Clermont et à destination de Nantes ou Amsterdam, alors que cette dernière est en continuelle progression.

La logique est à l’identique dans le domaine du ferroviaire.
Depuis l’ouverture à la concurrence, le transport fret a diminué en France 50% ces dernières années, laissant le champ libre au tout routier avec les conséquences environnementales et de sécurité que nous connaissons.

Luc Bourduge, au nom des régions de France, participe actuellement aux Assises du ferroviaire organisées par le gouvernement.
Alors que tout prouve que la séparation des activités au sein de la SNCF, conduit à des dysfonctionnements importants (en septembre, jusqu’à 30% des trains ont été supprimés en Auvergne par manque de personnel), aucun bilan n’est fait sur les conséquences d’ouverture à la concurrence en Europe. Pourtant le bilan est éloquent !

Quant aux transports urbains, une énorme bataille est en cours pour que ceux-ci demeurent un service public, pour le préserver des logiques concurrentielles.

Grace à la lutte des salariés – quasiment unanime – de T2C et au soutien d’élus refusant l’entrée plus ou moins insidieuse du capital privé, une première victoire a été obtenue : RATP Developpement a confirmé son retrait du dossier et le prochain comité syndical doit réexaminer toutes les hypothèses de gestion dont celles qui ont le soutien d’une majorité d’élus et du personnel de la T2C, soit une régie soit une SPL.

Pour notre part, après avoir débattu nous sommes favorables à une SPL. La SPL Transport a été adoptée en 2010 à l’unanimité par tous les groupes politiques au niveau national.
Déjà certaines collectivités ont franchi le pas et l’ont mise en pratique pour reprendre en main la gestion de leur service public. Maitrise des coûts, réactivité, souplesse de fonctionnement, absence de mise en concurrence, actionnariat public multiple sont autant de critères qui font des SPL des bons outils de gestion qui pourraient convenir parfaitement à notre situation.

Dans le domaine des services publics de transport des voyageurs, cet outil juridique constitue une avancée pour les collectivités et ce, pour les raisons suivantes :

• En étant seuls détenteurs du capital et des sièges du conseil d’administration de la SPL, les collectivités territoriales et leurs groupements actionnaires peuvent pleinement maitriser cet outil d’exploitation du service public.

• LA SPL permet de développer les coopérations institutionnelles entre collectivités territoriales : Régions, Départements, communes et leurs groupements. L’actionnariat composé de plusieurs collectivités (au minimum deux) permet de couvrir les besoins d’un bassin de vie qui dépasse les frontières géographiques des collectivités.

• Enfin, l’attribution directe d’un service public à une SPL dispense les collectivités territoriales actionnaires de mise en concurrence.

• Pour revenir à la nécessité de couvrir les besoins d’un bassin de vie qui dépasse les frontières géographiques des collectivités (cité plus haut), cette proposition nous convient parfaitement. Nous l’avons affirmé à de nombreuses reprises : il faut en finir avec l’esprit boutique du chacun pour soi. Oui, la question des transports doit se traiter à une plus large échelle en terme de complémentarité et non de concurrence, c’est-à-dire qu’il faut en finir avec les questions d’égo et s’asseoir autour d’une table, entre gens responsables, surtout dans une période ou l’on nous parle du Grand Clermont, de métropole et autre …

En conclusion, nous pensons que cette question majeure des transports ne doit pas seulement faire l’objet de déclarations d’intentions aux différents « Grenelle » jamais ou rarement suivis d’effets, mais qu’elle doit être traitée par les intéressés et en premier lieu par les usagers, les contribuables. Ils doivent pouvoir s’exprimer, donner leur avis, être force de propositions et pour cela, il convient de consulter et d’ouvrir le débat public.

***

Nous appelons donc le Président de Clermont Communauté à ouvrir cette discussion avec la population, les usagers, les personnels et les élus. La question du transport doit être tranchée par tous les acteurs.
Les élus du Front de Gauche agissent dans ce sens. C’est la condition si l’on veut véritablement mettre en échec les idées libérales, qu’elles soient instillées brutalement ou bien par doses homéopathiques.


Je contribue
La contribution

forum info modere