Le soutien des élus communistes clermontois à l'AIA

Lettre ouverte au Président de la République, au Premier ministre, au Ministre de la Défense, et au Ministre du Travail, des Relations sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville


10 février 2009

L’ETAT PEUT MAINTENIR 400 EMPLOIS INDUSTRIELS EN AUVERGNE EN S’ENGAGEANT SUR LE MAINTIEN D’UN PLAN DE CHARGE SUFFISANT POUR L’ATELIER INDUSTRIEL DE L’AÉRONAUTIQUE DE CLERMONT-FERRAND

Monsieur le Président de la République, Messieurs les ministres,

Le 2 février 2009, le gouvernement est venu présenter à Lyon le détail du plan de relance de l’économie du Président de la République avec ses « mille projets » pour un montant global de 26,5 milliards d’euros. Sur les quatre axes d’intervention dégagés, aucun ne fait référence à des actions de maintien ou de développement de l’emploi public.
Dans le cadre de la Réforme Générale des Politiques Publiques (RGPP), de la refonte de la carte militaire, et du Livre Blanc sur la Défense, vous avez souhaité mettre fin à toute idée de service public industriel de la défense en accélérant l’externalisation de la maintenance des matériels de défense et notamment des aéronefs. En choisissant de libéraliser le secteur de l’armement, l’Etat entérine un véritable recul du contrôle démocratique sur la production, le commerce, l’utilisation et l’entretien des armes.
Cette politique conduit aujourd’hui la France à abandonner au secteur privé une mission régalienne de premier ordre, un savoir-faire et des compétences reconnues, garantissant la disponibilité opérationnelle et la sécurité des matériels militaires, et à opérer une véritable « saignée » de 30 000 personnels civils et militaires au sein du Ministère de la Défense.
En région Auvergne, alors que la dégradation de la situation de l’emploi touche désormais tous les secteurs économiques et l’ensemble de nos concitoyens, la baisse programmée du plan de charge de l’AIA, quatrième employeur régional, apparaît comme une « double peine » infligée à l’emploi régional.
Pour les services des Ateliers Industriels de l’Aéronautique de Clermont-Ferrand, la mise en œuvre de cette politique porte sur la disparition de près d’un quart des effectifs à l’horizon 2013, soit près de 400 suppressions d’emplois sur le site. Ces 400 suppressions d’emplois hypothèquent à terme la viabilité et l’existence même du site.
Or cette baisse de l’emploi industriel est directement imputable aux décisions de l’Etat d’externaliser la maintenance d’appareils comme les C130, Casa235, Xingu, et aux incertitudes concernant l’A400M. 
Les communistes du Puy-de-Dôme proposent donc à l’Etat une mesure simple et immédiate, garante du maintien d’une partie de l’emploi industriel régional : assurer le maintien des 1 200 personnels en confiant à l’AIA de Clermont-Ferrand une charge de travail suffisante, notamment en renonçant à l’externalisation de la maintenance de certains aéronefs.
Seule une telle décision peut marquer l’attachement de l’Etat à la maîtrise publique de notre système de défense, et son implication pour le développement de l’emploi dans le secteur aéronautique auvergnat en cette période de crise.
Dans l’attente d’une réponse favorable, veuillez croire Monsieur le Président de la République, Messieurs les ministres, en l’expression de notre plus haute considération,


Je contribue
La contribution

forum info modere