Vendredi 5 février - présentation à la presse des candidats des 4 départements :

Le pacte citoyen

C’est un "Dédé", très en forme, qui a présenté ses colistiers des 4 départements à la presse, ainsi que le contenu du premier journal de campagne.
Sa campagne le rend véritablement enthousiaste, et il l’exprime avec bonheur. A l’occasion de ses multiples rencontres avec les Auvergnats (de Saint-Eloy à Issoire en passant par Clermont et dans les 3 autres départements), à l’écoute des agriculteurs, des viticulteurs, des ouvriers, des employés du service public, des jeunes…., il apprend, il écrit… tout, toutes les idées, toutes les propositions.


9 février 2010

Lors des réunions à thèmes, ses échanges sont d’une extrême richesse, précise-t-il et « ça bouscule ». Pour autant, « on ne vient pas la besace vide, on a des propositions qu’on confronte par l’analyse collective ». Rappelant que c’est avec cette méthode qu’il a gagné la circonscription de Thiers-Ambert, André CHASSAIGNE souhaite redonner « ses lettres de noblesse » à la politique. C’est d’autant plus indispensable que le rejet global de l’acte politique et des politiques d’une manière générale est fort. Mais redonner confiance, c’est aussi faire ce que l’on a dit, car c’est aux actes qu’on est jugé.
Puis André rappelle l’objectif du Front de gauche à travers cette élection, qui est bien de faire prendre conscience que « cette société capitaliste, il faut la remplacer ». Notre objectif de « transformation sociale est de construire une autre société, en commençant y compris dans le cadre d’une gestion régionale, en se plaçant aussi en « levier de résistance contre la politique gouvernementale ».
Abordant la gestion du Conseil régional, André indique aussi que toute décision ne doit pas être prise « dans une espèce de bulle locale », mais doit se placer dans une démarche permanente de coopération avec les autres collectivités et les autres régions et non pas en compétition. Il faut aussi avoir en tête systématiquement le devenir de la planète, avec l’ambition de protéger les générations futures.
Le premier journal de campagne exprime la volonté du « pacte citoyen » que nous voulons conclure avec les Auvergnats, en suscitant des espaces de réflexion, d’impulsion et de contrôle de la politique régionale.

Un tour de table a laissé la parole aux autres candidats qui tour à tour ont souhaité faire part de leur message dans cette campagne. Face à la crise économique et sociale, y compris démocratique, indique Maïté BALLAIS (GU) « le Conseil régional a les moyens d’apporter un peu d’oxygène et l’objectif c’est de donner le plus de poids possible le soir du 14 mars à la liste du Front de gauche ». Quant à Yves CARROY (PG), il renforce l’idée de la tête de liste « on ne peut faire bouger les choses sans implication citoyenne », avant d’aborder le thème de la formation professionnelle, de l’éducation et de l’écologie.
Luc BOURDUGE (tête de la liste départementale de l’Allier) fait part de la campagne dynamique menée dans son département et développe le thème des transports, revenant sur le bilan de la vice-présidente. C.Laïdouni et les dangers qui se profilent aujourd’hui avec l’ouverture à la concurrence. Eric DUBOURGNOUX rappelle combien « les banques doivent prendre leurs responsabilités pour venir en aide aux PME ». Pour Pascal ESTIER, « L’humain avant tout », c’est d’abord « sentir ce que les gens espèrent », c’est être auprès des plus fragilisés. Même objectif pour Zubeyda COSKUN (PG) qui insiste sur la nécessité d’être aux côtés de ceux qui souffrent dans les quartiers populaires, des sans papier, des jeunes…

Le sujet désormais récurrent de la presse est revenu sur le tapis, concernant l’absence du NPA de notre liste. M.BALLAIS a dénoncé l’attitude d’A.LAFONT qui refuse en bloc la démarche de rassemblement du Front de gauche, et notamment « d’aller au second tour si le PS est en tête ». Luc BOURDUGE s’est étonné que le jour où le NPA lançait un appel à l’unité, il présentait sa liste. Les amateurs du ballon ovale apprécieront sans doute la formule de Pascal ESTIER qui lui place l’enjeu sur le terrain de rugby : « Imaginez qu’on ait un trois-quart aile NPA et un deuxième centre PS. On ne peut pas accepter que sur une mauvaise passe du PS au NPA, le NPA ne veuille pas marquer l’essai ».


Je contribue
La contribution

forum info modere