au Conseil Général


 

Intervention de Bernard LESCURE

Session budgétaire du Conseil Général

Cette session, programmée à l’aurore du printemps, risque de s’inscrire dans une année 2010 émaillée d’embûches et de périls. L’histoire et ses tourments nous enseignent que l’efficacité d’une idée ne se détache jamais d’une dynamique sociale ou politique. A contrario, l’horreur d’une formule infâme imposée ne saurait s’affranchir d’un contexte idéologique régressif où la vie humaine et le minimum vital, censés inaliénables, deviennent quantité négligeable. Cette expression « chômeurs en fin de droits », en son indignité, telle une insulte ou un déni à l’idée d’appartenance républicaine, dit la réalité, l’insupportable réalité des exclus, des chassés, des broyés en silence sous le laminoir universel de la machine à rentabilité.


Mise en ligne : 10 mars 2010Suite