LE PCF SE FELICITE DE LA REUNION NATIONALE DU FRONT DE GAUCHE


17 juin 2010

Compte rendu de la réunion du Front de Gauche du 9 juin 2010


Marie George Buffet et Pierre Laurent conduisaient la délégation du PCF (*) lors de la rencontre du Front de Gauche du 9 juin.

Cette rencontre, rappelons-le, faisait suite à une demande du PCF dans une lettre adressée aux deux formations partenaires en date du 12 mai 2010.

Dans cette lettre, Marie-George Buffet et Pierre Laurent faisaient des propositions déclinées autour de trois axes :

 prendre des initiatives importantes de riposte face à la nouvelle offensive des dirigeants capitalistes en Europe pour faire payer la crise aux peuples européens ;
 ouvrir de nouveaux espaces de développement du Front de gauche ;
 construire un projet politique capable d’ouvrir une perspective alternative en vue des échéances de 2012.

Propositions qui ont fait l’objet d’un courrier du PG précédent cette rencontre, courrier qui témoignait d’un certain nombre d’opinions différentes sur un certain nombre de sujets.

La réunion du 9 juin n’a pas épuisé le débat sur toutes les questions. Elle a cependant permis un certain nombre d’avancées dont le congrès d’étape ne manquera certainement pas de discuter.

Les trois formations ont fait le constat d’accords sur plusieurs points et se sont situées dans une dynamique de développement de la démarche engagée avec l’objectif de faire vivre l’espoir politique levé avec elle.

Plusieurs axes de travail ont été actés pour la suite :

• Tout d’abord, le besoin de participer au développement de la résistance aux projets de la droite et de travailler indissociablement les campagnes permettant d’en construire l’alternative politique. Plusieurs axes ont été notés dans ce cadre : les retraites, l’école, la Paix, l’Europe ;

• Ensuite la nécessité de travailler sans tarder au contenu de cette construction alternative et de démarrer un travail pour un programme partagé du Front de gauche devant nécessairement se mener dans le cadre d’une dynamique populaire et citoyenne. Il a été convenu que le lancement public en serait effectué lors de la fête de l’Humanité.

D’autres pistes de débats ont été ouvertes et vont se poursuivre sur la question de la « majorité politique » ou celle de la qualification de la dynamique à construire : « Nouveau Front populaire » ? « Union Populaire » ?....

Plusieurs moyens ont ensuite été discutés pour permettre à ces ambitions de s’organiser et permettre de réelles avancées politiques et sociales.

Ainsi, il a été confirmé que le PCF ne voulait pas d’adhésions directes au Front de gauche tout en souhaitant que la possibilité existe pour des femmes et des hommes ne souhaitant pas adhérer à l’une des trois formations de participer à la dynamique politique engagée. Il a ainsi été avancé l’idée de leur proposer de devenir « Partisan-e-s du Front de Gauche » sans que la discussion n’ait permis d’envisager concrètement la forme que cela pourrait prendre.

Il a aussi été convenu de mettre en place un comité de liaison permanent pour aider à la mise en œuvre de ces décisions.

Enfin il a été décidé de se revoir après le congrès du PCF et la journée nationale d’action du 24 juin.

Le débat sur les échéances électorales -candidatures, processus etc…- n’a pas fait l’objet de décisions ni de choix sans que les trois partenaires n’aient évacué la nécessité de traiter le sujet en lien avec le choix des adhérent-e-s de chaque formation.

La délégation du PCF a pour sa part réaffirmé que concernant les élections cantonales le choix des candidates et candidats devait se faire d’abord dans les départements.

DÉCLARATION DE MARIE GEORGES BUFFET

Marie-George Buffet
Rencontre Front de gauche
Paris, le 9 juin 2010

Chères camarades,
Chers Camarades,

Cette réunion doit nous permettre d’affirmer notre volonté et surtout d’examiner les conditions politiques pour passer à une nouvelle étape du Front de Gauche.

Cela suppose un examen attentif des convergences et des différences de points de vue que nous avons. Cela suppose d’aller au bout de la confrontation d’idées sur ces dernières pour examiner leur dépassement possible ou non afin de mettre, si cela s’avère possible et je le souhaite, en place les dispositions concrètes de cette nouvelle étape.

Nous avons bien sûr, de larges convergences sur l’analyse de la crise et de la situation politique en France, en Europe et dans le monde.

La sérieuse défaite de Nicolas Sarkozy aux élections régionales ne l’a nullement dissuadé de poursuivre sa politique. Celle-ci a des conséquences extrêmement graves pour la vie quotidienne de millions de nos concitoyennes et de nos concitoyens.

Il s’agit pour lui, en pleine connivence avec les patrons du CAC 40, de détruire le modèle social et public français en accélérant l’application zélée du dogme économique de l’ultra libéralisme à notre pays, comme l’Europe essaie de l’imposer à tous les états de l’union.

Pourtant la reproduction et l’accélération des mêmes mécanismes avec la mise en oeuvre de politiques d’austérité risque de créer les conditions de nouvelles crises.

Il y a donc urgence à trouver les voies d’un large rassemblement qui mette en échec cette politique et contribue à la définition d’une alternative à gauche. Alternative signifiant un contenu de réformes pour les années de la mandature au niveau des enjeux (exemple : maîtrise du crédit, nationalisation pôle ou droits nouveaux des salariés dans la gestion, réforme institutionnelle, débat conquête des services publics...).

Le Front de Gauche doit prendre toute sa place dans cette contre offensive. Et pour cette construction alternative, personne ne doit s’en remettre qu’à de possibles victoires aux échéances électorales à venir. C’est maintenant qu’il s’agit d’empêcher de nouvelles dégradations de notre vie, afin d’éviter que certains points de non retour ne soient atteints.

Notre congrès la semaine prochaine devrait lancer d’ailleurs un appel à toutes celles et tous ceux qui sont attachés aux droits conquis dans les luttes et aux formes originales de notre système social, à l’ensemble des forces politiques et sociales de gauche pour qu’ensemble nous disions non à toute nouvelle casse de ce système, non à toute nouvelle avancée destructrice de M Sarkozy.

Rien n’est joué, y compris pour la question de la réforme des retraites qui est l’objet de centaines de réunions dans tout le pays, réunions qui doivent permettre une amplification du rejet populaire de cette réforme. La journée du 24 juin devrait bénéficier de cette campagne.

Nous le savons, réelle colère face à cette réforme, rejet de Nicolas Sarkozy se conjuguent avec de profonds doutes sur la capacité de la gauche, de la politique à les mettre en échec.

Ces doutes sont alimentés par la situation à gauche quels que soient les efforts du Parti Socialiste pour reconstruire un discours à gauche, il recule encore devant les ruptures fortes nécessaires avec des politiques inspirées des logiques financières.

« Europe Ecologie », dont les Verts, de son côté ne présente pas à ce jour, un projet global de transformation sociale pour notre pays.

Cela renforce la responsabilité de nos formations.

C’est pour cela que le Parti Communiste Français a proposé une politique de fronts à son congrès de 2008. Construire à chaque moment, dans une démarche durable, les rassemblements les plus larges sur des contenus exigeants permettant de rompre avec les politiques capitalistes, nous semble être en effet, la réponse adaptée aux problèmes politiques de notre pays.

Ce mouvement doit rassembler bien sur celles et ceux qui se retrouvent dans ces objectifs. Mais leur travail en commun, sous l’impulsion du Front de Gauche, doit être un travail qui s’adresse à tous les hommes et les femmes de gauche, à toute la gauche afin de créer les conditions de majorités débouchant sur des politiques gouvernementales en rupture avec les logiques libérales.

C’est dans ce cadre que nous voulons examiner aujourd’hui les nouveaux objectifs que le Front de Gauche pourrait se donner. Objectifs que nous soumettrons aux communistes à l’occasion de notre congrès des 18, 19 et 20 juin. Congrès qui aura également à son ordre du jour la mise en oeuvre de notre décision de poursuivre et de transformer le PCF.

Notre réflexion tourne autour de trois questions : empêcher les mauvais coups de ce pouvoir et dans le même temps, reprendre l’initiative de la bataille des idées, nécessaire à la mobilisation populaire et à la construction d’un projet alternatif ; construire un ancrage populaire du Front de Gauche ; aborder de façon concrète les échéances électorales essentielles de 2012.

Concernant la riposte, nous devons coordonner nos actions sur les retraites, par des initiatives communes du front de gauche et la participation active aux meetings et rassemblements qui portent une alternative au projet gouvernemental à l’instar , par exemple, de ce que nous faisons dans le cadre de l’appel lancé par ATTAC et Copernic. Nous vous proposons également de mettre en place une coordination permanente souple du Front de Gauche sur le soutien aux actions des sans papiers.

D’autres questions doivent être portées conjointement par le front de gauche dont nous pouvons arrêter la liste ensemble aujourd’hui et en fonction de l’actualité (école... droits des femmes... budget de l’Etat et de la protection sociale).

Ces luttes doivent aller de pair avec des initiatives de débat offrant un champ de réflexion sur les alternatives à construire. Deux propositions pourraient être arrêtées aujourd’hui : une, contre les politiques dites de « rigueur » et d’austérité menées en France et en Europe et l’autre sur nos propositions concernant les institutions de notre pays et le type de démocratie que nous souhaitons développer.

Concernant l’ancrage populaire du Front de Gauche, nous pensons que c’est dans ces luttes et l’élaboration de notre projet qu’il peut se concrétiser à condition de multiplier les lieux d’initiatives proposés à nos concitoyen-ne-s.

Nous pourrions construire ainsi ce que nous appelons un nouveau pacte d’union populaire, qui prendrait des engagements précis, un projet de gauche, pour sortir de la crise et ouvrir une nouvelle ère de progrès.

Nous pourrions lancer à partir du Front de gauche un processus public et multiforme, associant des centaines de milliers de personnes, à l’élaboration de ce pacte : ateliers d’écriture dans les quartiers et les entreprises, réseaux sociaux par grandes thématiques, cahiers populaires du projet, comités d’initiatives à l’appel de nos élus, conventions, assises... toutes les formes devraient être imaginées pour permettre l’appropriation la plus large possible de cette démarche. Ce travail serait le point de convergence de toutes celles et ceux qui, à gauche, se reconnaissent dans ce besoin, cette exigence face à la violence de la crise, l’urgence de solutions pour construire un nouveau Front populaire.

Des rendez-vous nationaux concrétisant ce travail devraient être construits d’ici la fin du printemps 2011. Ce processus pourrait être lancé en grand lors de la Fête de l’Humanité par une initiative.

Il s’agirait, en quelque sorte, de construire le pacte d’union populaire sur lequel nous proposerions à une nouvelle majorité politique de gauche de gouverner en 2012.

Cette proposition n’est nullement contradictoire avec la mise en place d’un comité de rédaction de notre projet en septembre. Mais dès maintenant nous pourrions proposer un collectif qui face l’inventaire des questions à approfondir, des débats publics à organiser, des sollicitations en direction de la société civile, des élu-e-s et de nos organisations pour lancer le chantier.

*
* *

L’élargissement et l’enracinement populaire du Front de Gauche doit aussi se traduire dans nos formes d’organisation.

Nous avions déjà décidé de mettre en place une coordination permanente de nos trois organisations fondatrices du Front de Gauche ; il s’agit maintenant de la faire vivre. L’animation de la construction du pacte doit nous permettre de trouver les formes d’associations de nouveaux partenaires politiques ou issus de la société civile (notamment des hommes et des femmes, acteurs sociaux qui se sont réunis sur des plateformes), elle doit permettre aussi d’associer des personnes qui individuellement veulent contribuer à cette démarche (sans rejoindre une de nos organisations), nous pourrions leur proposer un statut d’amis du front de Gauche leur donnant accès notamment à un site forum et à une lettre électronique.

Nous devons enfin, traiter de la question des candidatures pour les échéances essentielles de 2012.

Nous entendons procéder en lançant le débat nécessaire dans le parti communiste français en respectant les statuts de notre organisation et la souveraineté des communistes sur leur choix.

Au-delà, ce débat doit être mené avec les forces du Front de gauche et toutes les femmes et les hommes qui à gauche, se reconnaîtront dans notre démarche afin de construire les meilleures candidatures susceptibles pour conserver à chaque formation ses sortants et partir partout à la conquête de nouveaux élu-e-s.

Concernant le candidat ou la candidate commun(e) à l’élection présidentielle, en fonction des choix de nos adhérents, notre position est d’abord de considérer qu’il n’y a ni exclusive, ni préalable. Nous sommes au début d’un processus et non pas à son arrivée. Nous estimons que si il y a candidature de rassemblement, celle-ci doit être issue d’une des formations du Front de gauche ou d’une personnalité qui partagerait les objectifs du pacte ainsi élaboré, dans tous les cas d’un ou d’une militant-e confirmé-e.

C’est en construisant le pacte avec une implication populaire la plus large possible que nous nous donnerons les meilleurs atouts de répondre à la question du choix d’une candidature de rassemblement, parmi celles qui ne manqueront pas de venir en débat, choix qui devra être arrêtée dans la souveraineté des adhérents de nos formations.

Pour les élections législatives, outre la réélection des députés communistes et du Parti de gauche sortants, le gain de nombreux députés de nos formations ou d’amis associés portant les objectifs du pacte ainsi partagé pourrait être envisagé.

En ce qui concerne le Parti communiste, l’ensemble de ce processus de décision devrait aboutir à son prochain congrès au printemps 2011.


Je contribue
La contribution

forum info modere