Sur le Front des Luttes :

L'entreprise ACC Ingénierie et Maintenance et leur savoir-faire unique en France sont à nouveau en difficulté.

Aujourd’hui, lundi 29 Juin, les salariés des ACC (Atelier spécialisé dans la maintenance ferroviaire situé en plein cœur de Clermont-Fd) sont massivement mobilisés pour défendre leur avenir. Alors qu’une part non négligeable des salariés est touchée par du chômage partiel depuis plusieurs semaines, le carnet de commandes de l’entreprise reste désespérément vide. Symboliquement les salariés ont bloqué la rue de Pré la Reine avec la dernière rame de RER réhabilitée par les ACC.


29 juin 2015

Pour la Fédération PCF du Puy-de-Dôme, le gouvernement doit agir très rapidement pour ne pas brader un outil industriel de grande valeur qui emploie à l’heure actuelle pas moins de 320 salariés. Aux commandes de la SNCF et d’ Alstom, l’Etat possède les leviers pour intervenir sur les orientations ferroviaires notamment en ce qui concerne la maintenance.

Alors que les enjeux économiques, énergétiques et environnementaux font apparaître la nécessité de développer le rail sur les futures décennies, ce serait un véritable non sens et un énorme gâchis de laisser partir en fumée l’outil industriel que représente les ACC.

Alors que la situation du rail est des plus préoccupantes en Auvergne, la fermeture des ACC et la perte sèche de 320 emplois risquent de fragiliser gravement l’activité ferroviaire et le service public SNCF.

La loi Macron et le rapport Duron en fragilisant considérablement l’offre de transport ferroviaire, en transférant des milliers de kms de lignes de transports express régional ferroviaire au transport routier, contribuent à la mise en péril de l’avenir économique des ACC et de notre territoire. En effet, ce dernier rapport couplé à la loi Macron, vise le cœur du réseau auvergnat : il préconise la fermeture de 5 des 6 lignes indispensables pour l’Auvergne : Montluçon-Bourges-Paris, Clermont-Ussel-Bordeaux, Lyon-Montluçon-Limoges-Bordeaux, Clermont-Béziers, Clermont-Nîmes. La grande majorité des liaisons verra au mieux une réduction importante des services et, au pire, une fermeture pure et simple comme cela est préconisé pour Clermont-Béziers, au détriment de l’avenir économique des territoires.

La balle est dans le camp du gouvernement et des pouvoirs publics qui disposent de solutions concrètes pour tracer un avenir aux ACC et ses 320 salariés.

Le devenir des ACC de Clermont Ferrand est aussi lié à une politique de transport en Ile-de-France respectueuse des usagers du métro parisien et soucieuse d’une offre de qualité, alliant confort et sécurité , avec des rames qui nécessitent une rénovation urgente. Il est de la responsabilité de l’Etat de faire converger les intérêts de la population francilienne et le maintien d’une entreprise de maintenance du matériel forte de son savoir-faire.

Pierre MIQUEL, André CHASSAIGNE, Eric DUBOURGNOUX et Cyril CINEUX ont rencontré les salariés des ACC et leur ont apporté tout leur soutien et appui à leurs revendications et demandent à l’Etat, à la SNCF et à la RATP de mesurer l’enjeu de la sauvegarde des emplois et des savoir-faire d’une telle PME.

Le transport ferroviaire est l’une des solutions les plus économiques et écologiques pour répondre aux besoins de mobilité des populations.

Pierre MIQUEL,
Secrétaire départemental de la Fédération PCF du Puy-de-Dôme

André CHASSAIGNE,
Député PCF du Puy-de-Dôme, président du groupe Front de Gauche à l’Assemblée nationale

Eric DUBOURGNOUX,
Président du groupe Front de Gauche au Conseil régional d’Auvergne

Cyril CINEUX,
Président du groupe communiste-Front de Gauche à Clermont-Communauté

Jean-Christophe CERVANTES,
Président du groupe communiste-Front de Gauche à la mairie de Clermont-Ferrand


Je contribue
La contribution

forum info modere