Réponse de Luc BOURDUGE à l'UFC QUE CHOISIR :

L'éco-citoyenneté coûte cher au consommateur


28 mai 2010

Monsieur,

J’accuse réception de votre mail en date du 20 mai 2010. Le constat résultant de l’étude que vous citez est particulièrement accablant et inquiétant. On peut se poser la question de la pertinence de l’étiquetage proposé et de la pseudo incitation faite au consommateur pour réduire sa consommation d’énergie. Comme vous le soulignez, les écarts de prix et les surcoûts constatés d’une classification à l’autre ne permettent pas au consommateur de s’y retrouver et de compenser ainsi le prix par les économies d’énergie réalisées. Une fois de plus, le geste écologique à fournir de la part du citoyen coûte cher.

Si les constats de votre association sont justes et pertinents, il me semble que les principaux responsables de cette situation sont à chercher du côté des fabricants d’électroménager et la grande distribution.

Ces derniers n’hésitent pas à surfer sur la vague du développement durable et de la sauvegarde de la planète, pour accroître leurs marges en augmentant sensiblement leurs prix. Les écarts de prix que vous décrivez d’un appareil à l’autre me semblent aberrants et injustifiés.

Ce n’est pas au consommateur de payer le prix fort pour agir en faveur de l’environnement. Depuis de trop nombreuses années, les politiques environnementales mises en place ont reposé sur la culpabilisation du plus grand nombre et la déresponsabilisation des grandes industries.

Dans ce cadre, il n’est pas de la responsabilité d’une collectivité comme la Région de se substituer aux entreprises du secteur de l’électroménager et de la grande distribution, et ce d’autant plus que nos compétences sont limitées et nos financements mis en périls par les futures réformes de la fiscalité et des collectivités territoriales.

D’autre part, nous avons constaté que dans ce domaine, les politiques d’aides directes n’apportaient aucun bénéfice pour le citoyen. En effet, les aides versées par la Région sur le développement des énergies renouvelables ont souvent eu pour conséquence une augmentation du prix de vente et d’installation par les professionnels.

L’instauration d’une aide régionale, sous la forme d’un bonus, comme le fait la Région Poitou- Charentes peut donc avoir un effet pervers et ouvrir la porte à des dérives préjudiciables pour les consommateurs.

Au sein du Conseil régional, nous agissons dans le cadre d’une large politique environnementale, reprise dans le Plan énergie climat régional 2010-2015. Pour votre information, je vous joins le document complet reprenant l’ensemble des actions régionales. Vous pourrez constater que nous menons, entre autres, une politique basée sur la sensibilisation des citoyens et notamment des jeunes, sur les pratiques « éco-citoyennes ». Mais au-delà de cet aspect, il semble essentiel que tout le monde joue le jeu, autant les citoyens que les entreprises et les grandes industries.

Me tenant à votre disposition pour poursuivre ce débat, veuillez recevoir, Monsieur le Président, l’assurance de mes sincères salutations.

Luc BOURDUGE


Je contribue
La contribution

forum info modere