Nécrologie :

Hommage à Pierette LOISEAU - Messeix 11/10/2014

En raison de circonstances indépendantes de notre volonté, il n’a pas été possible d’exprimer cet hommage à voix haute lors de la Cérémonie au Cimetière de MESSEIX.


31 octobre 2014

Comme son mari, Pierrette Loiseau a consacré sa vie à aider les autres, à servir une cause commune, à faire valoir des idées de progrès et d’émancipation pour tous. Profondément enracinée dans cette région, coincée entre le Sancy et le Plateau des Millevaches, où elle vécut toute sa vie, elle perpétuait la tradition d’hommes et de femmes issus du monde paysan, un monde caractérisé par l’entraide, la générosité et le courage au travail mais pas que...

En effet, âgée d’à peine 20 ans au moment de la Libération de la France de l’Allemagne nazie, Pierrette a été marquée comme d’autres par la conviction, la détermination et le sacrifice des résistants pour libérer la France de l’occupant. Et de ce point de vue, les maquis Corrézien et Limousin avec leurs ramifications jusque dans le Chavanon ont réussi à développer un mouvement de résistance exceptionnel qui laissa de profondes empreintes dans la population de la région. Rappelons que le père de Pierrette, militant communiste, fut emprisonné sous le régime de Vichy de 1940 à 1945 comme prisonnier politique.

Travailleuse acharnée, Pierrette réussit de brillantes études et intégra l’école normale pour devenir institutrice, une fonction qui occupait et occupe toujours une place particulière dans nos campagnes.

Plus qu’un métier, l’éducation était une vocation pour Pierrette et elle prôna toute sa vie une école laïque, publique partout et pour tous afin de susciter très largement le goût des études, l’envie de s’instruire, de mieux comprendre le monde qui nous entoure, bref le modèle d’une école émancipatrice. C’est sûrement cette vision et son envie viscérale de la rendre réelle qui ont amené Pierrette à rejoindre le Parti Communiste Français, également défenseur d’une éducation populaire de haut niveau.

Institutrice puis directrice d’école à Bogros, elle milita activement pour conserver et valoriser notre patrimoine commun en étant par exemple à l’initiative de la création du Musée de l’Ecole Rurale 1930 de Messeix. Parallèlement à cet engagement en faveur de l’école, Pierrette était une camarade dévouée à la classe ouvrière et en particulier à la corporation des mineurs dont on connait l’importance à Messeix.

A partir de ces deux piliers, la mine et l’école, Pierrette s’investit très tôt en politique et finalement ne lâcha jamais la bride. Quel meilleur cadre que le Sancy pour cette militante énergique et infatigable qui avait la réputation de faire bouger les montagnes. A quatre reprises, élue au Conseil Municipal de Messeix, elle portait haut les valeurs laïques et républicaines ainsi qu’une vision rassembleuse et ouverte du Communisme. Avec cette conception hautement humaniste, il était naturel qu’elle devienne Présidente d’honneur de l’Amicale laïque de Messeix.
Pour nous militants communistes, Pierrette Loiseau avec d’autres figures emblématiques du département et notamment son mari Jean, restera un exemple d’abnégation, de volonté et de solidarité.

A titre personnel, je n’ai pas eu l’honneur de connaître Pierrette mais certains collègues cheminots avec qui j’ai travaillé au début des années 2000 à Eygurande-Merlines, Laqueuille ou au Mont Dore, m’ont évoqué avec une certaine émotion cette militante volontaire qui animait énergiquement les réunions de la section de Messeix du Parti Communiste.

A près de 90 ans, Elle avait toujours le souci de faire vivre le Parti Communiste Français dans ses territoires ruraux en veillant entre autre à la remise des cartes pour chaque adhérent. Pour eux, Pierrette était unanimement reconnue et respectée.

Sa disparition nous emplit de douleur mais nous sommes aussi fiers d’avoir compté dans nos rangs une camarade avec un tel parcours. Pierrette, nous continuerons le combat pour la justice sociale, pour l’émancipation des hommes et des femmes, pour des idées de progrès, de solidarité et de fraternité.

A sa famille, à André, son compagnon de route depuis plusieurs années, ses proches et ses nombreux amis, je vous présente, au nom du Parti Communiste Français, nos très sincères condoléances.

Pierre MIQUEL


Je contribue
La contribution

forum info modere