Nécrologie :

Hommage à Marcel Cornaire - Viverols le 20/10 / 2014

Avant de débuter ce petit hommage à la mémoire de notre regretté camarade Marcel CORNAIRE, brutalement emporté par la maladie, je souhaite, au nom du député André Chassaigne, des communistes, des sympathisants, des amis, présenter à sa campagne Éliane, à sa famille, à ses proches, toute notre affection - soyez assurés de tout notre soutien.


31 octobre 2014

Je voudrai rendre hommage à l’homme, une grande figure du mouvement des SCOP (Sociétés coopératives et participatives), à ses nombreux engagements, ses actions multiples, son rayonnement, bien qu’indivisible. Nous souhaitons particulièrement saluer le militant.

Pour Marcel, si l’épanouissement, l’émancipation des femmes et des hommes passe par l’emploi, le travail, d’où son engagement au plus haut niveau des SCOP, il savait que l’engagement syndical à la CGT et politique était aussi le moyen d’une évolution vers plus de justice, plus d’égalité.

C’est tout naturellement qu’il s’était engagé au Parti communiste. Je n’oublierai pas ses interventions quelques fois très critiques mais qui étaient pleines de bon sens et de volonté d’une vie meilleure.

Poursuivons, continuons tous ensemble à enrichir ce bien commun, ravivons cet engagement porteur d’avenir, indispensable face aux défis et aux enjeux qui nous attendent, pour de nouvelles conquêtes sociales, pour un monde des peuples, si cher à notre camarade disparu.

Marcel, nous te rendons hommage pour ton dévouement, ton engagement au service du bien commun. C’est pour nous, l’histoire d’un Homme, d’un camarade, qui a emprunté et parcouru de nombreux chemins et qui a su nous faire partager ces parcours, ses actions au service du monde du travail mais aussi plus globalement au service de l’être humain, au service de la préservation de notre environnement domaine auquel tu étais très attaché.

Je n’oublierai pas non plus l’Ami qui aimait nous faire partager aussi sa passion pour les volatiles. J’ai eu la chance de visiter ses volières, de pouvoir admirer ses espèces rares. Il était intarissable sur le sujet.

C’est pour cette passion que je citerai, pour terminer cette allocution, une phrase prise dans la Légende des siècles de Victor Hugo et qui termine par une interrogation dont je laisse le soin à chacun de donner une réponse :

« Ô libres oiseaux, fiers, charmants, purs, sans ennuis, vous dites à l’aurore, aux fleurs, à l’astre, aux nuits : Est-ce qu’on peut ne pas aimer quand on est homme ? »

Adieu Marcel nous ne t’oublierons pas.

Jacky GRAND
Secrétaire de la section PCF de Billom


Je contribue
La contribution

forum info modere