Hébergement d'urgence

Les élus communistes Clermontois tiennent à faire part de leur colère et leur indignation face à la situation que vivent depuis hier les 360 personnes, dont 150 enfants, qui ont été jetées à la rue.


3 septembre 2013

Faute d’engagement suffisant de la part de l’Etat, l’association gestionnaire du 115, l’ANEF, n’était plus en capacité de payer leur hébergement d’urgence obligeant ces familles à quitter leurs logements et qui se sont installées place de Jaude.

La réunion entre la Préfecture et les représentants des associations n’ayant pas apporté de solution durable, elles se sont réfugiées dans une église.

Ces familles ont dû être évacuées en pleine nuit pour des raisons de sécurité, suite à un début d’incendie dont l’origine reste à déterminer. Elles sont toujours dans l’attente de solutions d’hébergement décentes.

La mission d’accueil des personnes les plus démunies, contraintes de s’exiler, ou touchées de plein fouet par la crise économique ou les difficultés sociales et familiales, doit être une priorité pour notre République. Les politiques d’austérité et les coupes budgétaires ne peuvent pas servir d’alibi à l’abandon de la responsabilité première de l’Etat, qui est de venir en aide aux plus fragiles.

De telles situations ne doivent plus se reproduire, les élus communistes clermontois demandent :

- que les 360 personnes concernées soient immédiatement relogées,

- qu’un travail de fond entre les ministères concernés parvienne à garantir des financements pérennes pour l’hébergement d’urgence, en lien étroit avec tous les acteurs concernés.


Je contribue
La contribution

forum info modere