Pourquoi et comment le groupe Front de Gauche est passé de 11 à 5 élus


31 mars 2011

Après trois jours d’âpres discussions, prenant acte que 6 camarades se ralliaient à la candidature de Jean-Yves Gouttebel dès le premier tour, le groupe front de Gauche s’est resserré à cinq membres : Bernard Favodon, Ludovic Lucot, Jean-Pierre Buche, Patricia Guillot et Caroline Dallet. Ce groupe s’est créé à partir des valeurs portées par le Front de Gauche et les partis qui le composent. Les camarades constituant le groupe porteront ces valeurs et sont bien décidés à faire de la politique au sein du Conseil Général.

Le premier acte politique fondateur est de présenter leur candidat Front de Gauche au premier tour de l’élection du président de l’assemblée départementale : Bernard Favodon.

Ce groupe sera présidé par Bernard FAVODON avec Patricia GUILHOT en co-présidente.

Pourquoi et comment le groupe Front de Gauche est passé de 12 à 5 élus

Le groupe Front de Gauche du Conseil général s’est formellement constitué le lundi 28 mars avec les conseillers généraux du groupe gauche républicaine solidaire et communiste, des conseillers généraux venant du groupe socialiste majoritaire (goutebelien) et les nouveaux élus. Ce groupe s’est réuni avec les organisations politiques du Front de Gauche durant toute la journée du lundi 28 mars pour tenter de trouver une position commune concernant l’élection du président du Conseil général. Comme nous l’avions annoncé lors de notre meeting de fin de campagne, le Front de Gauche ne souhaitait pas prendre part à la guerre des deux roses et par conséquent souhaitait présenter son candidat à la présidence du Conseil général pour peser sur le nécessaire rassemblement de la gauche et pour porter le projet et les idées du Front de Gauche. Nous avions même indiqué que si les deux groupes socialistes n’arrivaient pas à s’entendre, ils pouvaient se rejoindre sur notre candidature. Après plus d’une journée de discussions, nous n’avons pas réussi à nous mettre d’accord sur la nécessité que l’ensemble du groupe Front de Gauche vote pour son candidat. Cependant, nous avions convenu qu’en raison des parcours et des histoires différentes de chacun il pouvait ne pas y avoir une position identique au sein du groupe à partir du moment où une majorité de conseillers généraux du groupe Front de Gauche votait pour le candidat du front de gauche à la présidence. La réunion suivante a été différente dans sa forme puisque certains conseillers généraux ont fait savoir qu’il ne voulait pas que les organisations politiques y participent. Le groupe s’est donc réuni sans les représentants des partis. Il est apparu au fil des discussions qu’il y avait en réalité deux groupes :

un groupe qui avait d’ores et déjà fait allégeance au vote Goutebel et qui considérait que le groupe Front de Gauche pouvait fonctionner sans socle commun, comme un groupe simplement technique
et un deuxième groupe qui considérait au contraire que le groupe Front de Gauche ne pouvait se constituer sans un minimum commun, qu’il ne pouvait fonctionner sans être en relation avec les partis politiques membres du Front de Gauche, sans travailler entre eux et avec les autres élus du Front de Gauche des autres collectivités et enfin qui considérait le vote pour un candidat du Front de Gauche à la présidence du Conseil général comme un symbole de nos orientations.

Après plusieurs heures de discussions, nous sommes arrivés à un constat de profonds désaccords et à la nécessité de clarifier notre position politique. C’est pourquoi le groupe Front de Gauche s’est constitué de cinq conseillers généraux (Bernard Favodon, Jean-Pierre Buche, Caroline Dallet, Patricia Guilhot et Ludovic Lucot) d’accord sur l’orientation politique du groupe.

Ce groupe Front de Gauche, avec les organisations politiques, s’est donc fait officiellement connaître à la presse en indiquant qu’il avait vocation à s’élargir avec celles et ceux qui accepteraient son orientation politique.

Même si nous pouvons regretter que notre score de 17,5 % ne soit pas en adéquation avec le nombre de conseillers membres du groupe Front de Gauche, il nous est apparu honnête, loyal et respectueux de nos engagements de clarifier politiquement notre position. Chacune et chacun a fait son choix en connaissance de cause et doit maintenant l’assumer. Pour leur part, les cinq conseillers généraux du Front de Gauche ont l’ambition de faire de la politique, de porter des idées de justice et de transformation sociale et de le faire dans un cadre collectif avec les partis constituant le Front de Gauche mais aussi avec les habitants du Puy-de-Dôme.


Je contribue
La contribution

forum info modere


Posté le lundi 13 juin 2011 par Alain Efgimbrod
Regrets

Je regrette cette mésentente et salut la position courageuse des 5 élu(es) car en effet beaucoup d’électeur front de gauche ne souhaite pas prendre part à la guerre des roses . Je ne souhaite pas que mon vote soit dévoyé et la radicalité du front de gauche ne devrait pas être entachée par des positions d’allégeance à qui que ce soit.

Posté le vendredi 1er avril 2011 par Diou Florian
Groupe Front de Gauche

Félicitations pour cette décision courageuse qui démontre ne serait-ce que symboliquement notre volonté ferme de porter un projet de gauche alternatif pour notre département, projet qui est à la base du succés électoral du Front de Gauche.
Comme beaucoup de camarades, je regrette amèrement que les 6 élus du nouveau groupe Gauche Solidaire n’ait pas senti l’espoir de changement et le vent de révolte qui souffle en bas. Leur décision de se rallier à Gouttebel entrave fortement nos possibilités d’actions, il faut croire que certains ont oublié qu’ils avaient été réelus sous l’étiquette Front de Gauche. A la charge du groupe Front de Gauche de rappeller à ceux qui se sont égarés ce qu’est la visée communiste.
Encore bravo.