Laetitia POINTU, Candidate :

"Face au mensonge, un réel contre pouvoir"

Dans la Fonction publique comme ailleurs, les salariés et les usagers sont touchés durement par la politique de Sarkozy et de son gouvernement. Le Président qui, en plus de réformes accentuant les inégalités ainsi que les effets de la crise, en rajoute par une série d’annonces mensongères !


26 février 2010

Dans la Fonction publique comme ailleurs, les salariés et les usagers sont touchés durement par la politique de Sarkozy et de son gouvernement. Le Président qui, en plus de réformes accentuant les inégalités ainsi que les effets de la crise, en rajoute par une série d’annonces mensongères !

Une des dernières en date dans l’Education nationale : « L’Etat ne peut pas dire aux entreprises « Faites des CDI plutôt que des CDD » et proposer des contractuels. »(TF1, le 27 janvier 2010). Or, de plus en plus de précarité s’installe dans le secteur public de l’éducation. La preuve : les EVS (Emplois de Vie Scolaire), effectuant des missions d’aide à la direction d’école mais aussi d’accompagnement d’élèves en situation de handicap, vont maintenant être embauchés en « contrat unique d’insertion ». Déjà, l’ancien contrat, injustement et hypocritement appelé « contrat d’avenir », n’offrait quasiment aucune formation aux personnes ainsi recrutées ni aucune perspective « d’insertion ». Le nouveau « contrat unique d’insertion » n’est que de 20h (au lieu de 26 heures auparavant), ce qui va accentuer la précarité de ces salariés.

Un service public de qualité nécessite, au contraire, des emplois statutaires pérennes !

Les choix politiques d’un conseil régional doivent prendre la forme d’un « contre-pouvoir » à cette politique de précarisation de l’emploi. Au niveau de la formation professionnelle, par exemple, il faut assurer le droit effectif à une formation initiale et continue pour tous. Une formation publique développée garantissant aux jeunes ou aux salariés la possibilité de « s’émanciper » tout au long de sa vie. Une formation sortie des logiques marchandes, une formation qui ne soit pas une simple adaptation à un poste de travail au service d’une entreprise.

La proposition du Front de Gauche d’amplifier le fonds régional pour l’emploi et la formation permettra de « casser » la spirale capitaliste qui engendre licenciement, précarité et accumulation des richesses. Ce fonds régional pour l’emploi et la formation a en effet pour but d’inciter les banques à prêter aux entreprises qui développent l’emploi, le progrès social et les qualifications.

Tout le contraire de la politique actuelle qui soutient les investissements financiers des banques et des entreprises, au détriment de l’humain.
Dans les réunions publiques, comme celle qui s’est déroulée à Chabreloche le 12 janvier, cette proposition questionne les citoyens et elle leur plaît, car elle montre que des choix alternatifs plus sociaux sont possibles !

C’est dans cet esprit que le Front de gauche poursuit sa campagne et mobilise les citoyens autour d’enjeux cruciaux pour l’avenir de la société. Avec, pour point d’orgue, le meeting du 5 mars à Clermont et le rendez-vous du 14 mars pour le vote « Front de gauche » !

Laetitia POINTU
Candidate


Je contribue
La contribution

forum info modere