Chemin de campagne :

Education Populaire


26 février 2010

Présents : Valérie COURIO, présidente du CRAJEP (Comité Régional des Associations de Jeunesse et d’Education Populaire) ; Zubeyda COSKUN (Front de gauche, PG) ; Laetitia POINTU (Front de gauche, PCF).

1. Présentation du CRAJEP par Valérie Courio :
Le CRAJEP regroupe une vingtaine d’associations (Francas, AROEVEN, CEMEA, JPA, UFCV, MJC…). 1000 à 2000 salariés sur la région. 60% des associations existantes affiliées à la CRAJEP.
Le CRAJEP, dans le cadre de la campagne pour les élections régionales, demande à rencontrer toutes les têtes de liste.
Le CRAJEP a besoin de se re-positionner, de se faire connaître et reconnaître par les futurs élus.

Difficulté de partenariat avec la Région, depuis 3 ans : le large éventail d’activités et les différents fonctionnements des associations de l’Education populaire n’ont pas été pris en compte. Le CRAJEP a essayé de monter une convention pluri-annuelle avec la Région, mais ça n’a pas suivi. La région Auvergne est en retard par rapport à d’autres (au niveau de la signature de conventions).
Les associations sont prises dans un étau financier. Elles ont du mal à se réunir, à avoir un acte fédérateur.
Ces associations sont touchées de plein fouet par les appels d’offre qui les mettent en concurrence et les empêchent de réfléchir à de nouveaux projets.

2. Position du Front de gauche :
Le FDG est contre la logique de marchandisation de toutes les activités. L’humain compte avant tout.
Volonté de partenariat privilégié avec le monde associatif. Aide, soutien de la Région aux associations.
Volonté de mutualisation du monde associatif. Etablir une convention.
Dans le même ordre d’idées, et pour être « plus forts ensemble », volonté du FDG de mettre en partenariat les collectivités locales (mutualisation des moyens).

3. Ce dont a besoin le CRAJEP :
Les outils pour fédérer existent déjà : la preuve, il y a le CRAJEP (et d’autres « outils » de fédération) ! Les compétences sont là.
Ce qu’il manque, ce sont les moyens financiers, techniques… pour réaliser pleinement cet acte fédérateur (monter des projets ensemble…). Aide des pouvoirs publics.
Le CRAJEP demande un comité de soutien, un suivi, des rencontres régulières avec les élus de la Région. Une collaboration, une co-élaboration entre élus et acteurs du terrain associatif. Travailler ensemble. Les associations ne sont pas que des prestataires de service, elles sont sources de projets, d’idées, d’innovation.

4. Conclusion :
Le CRAJEP tient une conférence de presse le 2 mars : compte-rendu de toutes les rencontres avec les candidats aux élections régionales.


Je contribue
La contribution

forum info modere