Le 4 septembre 2010 :

Défendons les droit de l'Homme et du Citoyen

POUR FÊTER LE 140E ANNIVERSAIRE D’UNE RÉPUBLIQUE QUE NOUS VOULONS PLUS QUE JAMAIS, LIBRE, ÉGALE ET FRATERNELLE, NOUS APPELONS A UNE MANIFESTATION :

SAMEDI 4 SEPT. A 14H, PLACE DELILLE


26 août 2010

Ce texte d’appel, signé par plus de 50 organisations, réagit aux mesures gravissimes qu’envisagent Nicolas Sarkozy et son gouvernement.
Les plus hautes autorités de l’Etat ont fait le choix de jeter à la vindicte publique des catégories entières de population : Gens du voyage accusés comme les étrangers d’être des fauteurs de troubles, Français d’origine étrangère sur lesquels pèserait la menace d’être déchus de leur nationalité, parents d’enfants délinquants, etc.
Voici que le président de la République accrédite aussi les vieux mensonges d’une immigration coûteuse et assimilée à la délinquance, et offre ainsi à la stigmatisation des millions de personnes en raison de leur origine ou de leur situation sociale.
Ce qui est à l’œuvre dans cette démarche ne s’inscrit pas dans le débat légitime, dans une démocratie, sur la manière d’assurer la sûreté républicaine. Le nécessaire respect de l’ordre public n’a pas à être utilisé pour créer des distinctions entre les habitants de ce pays et désigner des boucs émissaires. Ni pour instituer des peines de prison automatiques, contraires aux principes fondamentaux du droit pénal, à l’indépendance de la justice et à l’individualisation des peines.
La Constitution de la France, République laïque, démocratique et sociale, assure « l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion ».
Nul, pas plus les élus de la nation que quiconque, n’a le droit de fouler au pied la Constitution et les principes les plus fondamentaux de la République.
Notre conscience nous interdit de nous taire et de laisser faire ce qui conduit à mettre en péril la paix civile.
POUR FÊTER LE 140E ANNIVERSAIRE D’UNE RÉPUBLIQUE QUE NOUS VOULONS PLUS QUE JAMAIS, LIBRE, ÉGALE ET FRATERNELLE, NOUS APPELONS A UNE MANIFESTATION :

SAMEDI 4 SEPT. A 14H, PLACE DELILLE

Nous vivons un moment inquiétant pour tous les démocrates. La fuite en avant xénophobe et sécuritaire auquel se livre le pouvoir sarkozyste est d’une gravité extrême.

Chaque jour qui passe apporte son lot de provocation, de recherche de nouveaux boucs émissaires. Roms, musulmans, immigrés... La liste est trop longue de tous ceux que le gouvernement met à l’index, engagé qu’il est dans une sordide course avec le Front National. La situation est tellement préoccupante que même le New York Times s’est ému du discours de Grenoble de Nicolas Sarkozy.

L’objectif de cette opération nauséabonde est cousu de fil blanc. Il s’agit de masquer le triple mensonge d’une politique en chute libre dans les sondages.
- Nicolas Sarkozy avait promis de restaurer la valeur travail ? Mensonge. Il met à sac les retraites des Français, produits de toute une vie d’intense labeur.
- Nicolas Sarkozy avait promis une République exemplaire ? Mensonge encore une fois. Les soubresauts du feuilleton Woerth-Bettencourt dévoilent chaque jour un peu plus la promiscuité du pouvoir en place et des milieux d’affaires.
- Nicolas Sarkozy avait fait de la sécurité sa priorité ? Mensonge, encore et toujours. L’heure est au désengagement de l’État (-3500 postes de policiers supprimés pour 2011) et le recours aux officines privées de sécurité est maintenant ouvertement envisagé tandis que les maires sont mis au banc des accusés !

En décidant de délibérément créer une sous-catégorie de Français : les « Français d’origine étrangère », le Président de la République a choisi de rompre le pacte républicain, lui qui en est pourtant le garant.

Quelle sera la prochaine étape ? Le pire est à craindre quand un chef de l’État décide de mettre à mal l’article premier d’une constitution pourtant admirée et copiée à travers le monde entier.

Nous sommes - et je pèse mes mots - face à l’émergence d’une forme de racisme d’État inacceptable qu’il nous faut combattre de toutes nos forces et sans tarder. Le rassemblement du 4 septembre à l’appel de la Ligue des Droits de l’Homme sonne comme une étape importante en cette rentrée, tout comme sera tout aussi déterminante la mobilisation du 7 septembre pour faire reculer le gouvernement sur son projet de casse de nos retraites.

On peut compter sur le Parti communiste français pour, avec beaucoup d’autres j’en suis certain, faire reculer l’ignominie de là ou elle n’aurait jamais du sortir : de la fange.

Pierre Laurent
- Secrétaire national du PCF


Je contribue
La contribution

forum info modere