Mercredi 19 Mai 2010 - 20h - Clermont ferrand :

DEBAT PUBLIC : Les retraites, d'autres choix, d'autres financement sont possibles

DÉBAT PUBLIC
avec
Nicolas BENIES (économiste)
Claude DEBONS (secrétaire nationale du PG)
André CHASSAIGNE (député PCF)

Mercredi 19 mai 20 H Salle Leclanché CLERMONT FERRAND


12 mai 2010

Le Gouvernement Sarkozy-Fillon veut encore une fois, en remettant en cause le régime actuel de retraite, modifier le partage des richesses au profit du capital et des plus riches. Il a engagé une grande campagne idéologique en faisant croire que l’augmentation de la durée de vie de la population nécessitait une diminution des retraites par répartition, alors que depuis 40 ans la durée de vie augmente ainsi que le niveau des pensions !

La résistance s’organise autour de cette question, au niveau syndical mais aussi politique.

Le Front de Gauche 63 organise un débat :

Contre la remise en cause de la retraite par répartition

Mercredi 19 Mai à 20h

Salle Leclanché - Clermont ferrand

avec :

Nicolas BENIES (économiste)
Claude DEBONS (secrétaire nationale du PG)
André CHASSAIGNE (député PCF)

Le Gouvernement ment

Nicolas Sarkozy et le gouvernement du premier ministre François Fillon ont annoncé une nouvelle réforme des retraites.

Leur seul objectif est toujours de satisfaire les exigences de Laurence Parisot et du MEDEF : réduire le coût du travail et offrir aux capitaux privés les centaines de milliards d’€ que représente la retraite par répartition et qui échappent à la spéculation.

Alors ils mentent. Ils mènent une campagne massive de désinformation. Et ils font croire que l’augmentation de l’espérance de vie nous contraint à travailler plus longtemps, jusqu’à 62 ; 65 voire 67 ans et à réduire le montant des pensions. Ils font croire que la solidarité entre générations n’est plus possible et que chacun-e devra se débrouiller seul-e en épargnant auprès des fonds de pension. Or, en 2008 selon l’OCDE, du fait de l’effondrement des bourses mondiales, la valeur des fonds de pension a baissé de 25%.

Face à cette nouvelle attaque, il faut une gauche de combat

Et face à cette offensive le Parti Socialiste, par la voix de Martine Aubry, n’est pas à la hauteur des enjeux. Comme en 2003 il instaure un flou artistique sur sa position. Des voix en son sein vont même dans le sens de la droite en acceptant de reculer l’âge de départ en retraite. Cette attitude ne peut que décourager la mobilisation des salariés pour défendre leurs droits.

Pour le Front de Gauche, il n’y a pas à discuter. Le droit à la retraite à 60 ans à taux plein pour tous et à 55 ans pour les métiers pénibles est possible économiquement et juste socialement. Pour l’avoir, il faut une autre répartition des richesses. La part des salaires dans le PIB a baissé de 8 points depuis 1982, or dans le même temps, la part des dividendes versées est passée de 3.2% à 8.5% en 2007. C’est le contraire qu’il faut mettre en œuvre. Cela suppose d’affronter la droite et le MEDEF. Cela suppose de construire un rapport de force qui mette en échec cette réforme. Le Front de Gauche sera de toutes les initiatives pour créer ce rapport de forces en œuvrant pour l’unité de toute la gauche sociale et politique.


Je contribue
La contribution

forum info modere