C'EST QUOI LE FRONT DE GAUCHE ?


 

Communiqué de presse

Un Front de gauche élargi, mobilisé contre l’austérité

Ces trois premiers mois de gouvernement Parti Socialiste – Europe Ecologie les verts auront laissé une impression d’improvisation et d’incapacité à affronter rapidement les problèmes auquel est confronté notre pays. Pour toutes celles et ceux qui voulaient et qui veulent encore le changement, le réveil est douloureux. Le candidat qui proclamait lors de son discours au Bourget que la finance était son ennemi semble avoir été supplanté par le candidat qui, à la city, rassurait les marchés financiers. Autant en 2007, Nicolas Sarkozy avait su montrer immédiatement lors de la session parlementaire extraordinaire de l’été quelles allaient être les orientations de fond de son quinquennat : cadeaux aux plus riches avec loi TEPA, politique sécuritaire avec la loi sur la récidive, loi LRU et loi sur le service minimum dans les transports, suivi de l’adoption d’une nouvelle loi restreignant l’immigration. Soit 5 lois majeures, on chercherait en vain une telle volonté de changement du côté du nouveau gouvernement. Si le conseil constitutionnel n’avait pas annulé la loi réprimant le harcèlement sexuel, la session extraordinaire se serait contentée d’effacer quelques cadeaux fiscaux trop énormes du quinquennat Sarkozy. Et aucune session n’était prévue en septembre avant que François Hollande ne se rende compte que cela devenait intenable et n’annonce finalement, deux jours après que le premier ministre ai dit à la télévision qu’il n’était pas question de changer de rythme, une reprise des travaux du Parlement en septembre.


Mise en ligne : 26 octobre 2012Suite

MÉCANISME EUROPÉEN DE STABILITÉ

le courage du Front de gauche

À voir la hargne toute réactionnaire qui s’est déployée à l’Assemblée, on ne peut que saluer le courage politique des députés 
du Front de gauche qui sont les seuls 
à avoir réclamé et obtenu un vote solennel sur les traités instituant le mécanisme européen de stabilité.


Mise en ligne : 12 mars 2012Suite


Plus le Front de gauche monte mieux la gauche se porte

Les cris d’orfraie qui ont accueilli 
à droite la proposition du candidat socialiste de porter à 75 % l’imposition des revenus dépassant 1 million d’euros par an sont à la fois cocasses et édifiants. Cocasses par 
l’excès, d’aucuns voyant déjà Marx percer sous François Hollande et la moitié de la France prendre le chemin 
de l’exil après une nouvelle nuit du 4 août abolissant 
les privilèges, d’autres comme François Bayrou parlant 
de «  déconomètre  », tandis que Mme Le Pen parlait 
d’une idée «  absurde et idéologique  ». Absurde, vraiment, pour celle qui feint de se réclamer de la France populaire ? Mais ces cris étaient aussi édifiants, car cette proposition, somme toute très limitée si l’on se souvient que l’impôt Roosevelt dès les années trente était de 90 % au-dessus 
de 200 000 dollars, a aussitôt déclenché chez les défenseurs des riches les réactions épidermiques de ceux à qui 
l’on arrache la peau.


Mise en ligne : 12 mars 2012Suite