Au revoir TEC

Jeudi 29 novembre, l’assemblée générale de TEC a voté à l’unanimité la dissolution de l’association. Le 30 janvier, une cinquantaine d’amis venait lever le verre de l’amitié, dont les responsables du SPF, Les Amis de l’Huma, les Amis du Temps des Cerises, du Rio et de l’ATR.


6 février 2013

Jeudi 29 novembre, l’assemblée générale de TEC a voté à l’unanimité la dissolution de l’association. Le 30 janvier, une cinquantaine d’amis venait lever le verre de l’amitié, dont les responsables du SPF, Les Amis de l’Huma, les Amis du Temps des Cerises, du Rio et de l’ATR.

Fondée en 1944, TEC issue des valeurs de la Résistance, s’est donnée pour objectifs de lier la création artistique et culturelle, culture populaire et mouvement associatif et syndical. Une exceptionnelle et passionnante page de la vie associative nationale s’ouvrait et allait perdurer pendant des dizaines d’années.

En 1960, « TEC/Clermont voyait le jour ». Jean et Anna LAGARDE s’entouraient de militants, bénévoles (notamment enseignants) et pendant un demi- siècle, l’association tissait de très nombreux liens avec les collèges, lycées, le monde universitaire et bon nombre de comités d’entreprises.

Si la programmation – création, diffusion – de l’association était ouverte sur tous les champs de la culture, c’est avant tout avec le programme « Le Monde et les Hommes » et surtout avec l’accueil d’une programmation théâtrale très puissante que TEC prenait un rôle spécifique, remarquable, irremplaçable dans la vie culturelle du département. La programmation du « Vicaire » de « V comme Vietnam » de « Chili au cœur » « Les Rosenberg », la venue de Roger PLANCHON, Armand GATTI, Marcel MARECHAL, Patrice CHEREAU et tant d’autres, ont été des moments majeurs de l’activité. Sans oublier des coopérations aux belles heures du CE Michelin avec « Les truands du patronat », la venue de Mouloudji et des Quilapayun.

Progressivement, au fil du temps, notamment à partir des années 2000, l’association devait « réduire la voilure », faire face à différentes réalités : politique culturelle municipale, évolution des modes de vie et des pratiques culturelles, inévitable usure du temps etc…

Avec les Amis du Temps des Cerises, de l’Huma et Le Rio, des partenariats spécifiques se mettaient en place et donnaient la possibilité à l’association de poursuivre son chemin.
La maladie, le décès de Jean LAGARDE annonçaient la fin du long et beau voyage de l’association.
« La dernière séance », combien symbolique, d’amitié, de complicité fraternelle et d’engagement eut lieu le 9 octobre dans une soirée très réussie et émouvante en un hommage à Louis ARAGON, soirée dédiée à Jean LAGARDE. Bien sûr, c’est avec une très grande tristesse qu’il faut prendre acte de la fin de vie de TEC.
Cependant, cette forte tristesse s’accompagne en même temps d’une immense reconnaissance auprès de tous les bénévoles qui, du début à la fin, ont su garantir l’existence pendant un demi -siècle l’activité de l’association, mais aussi une identité liée à une conception active de démarche émancipatrice de l’individu et de la société.
Et puis TEC a pris sa part au sillon creusé dans le temps, dans les consciences pour tendre vers cet « individu pacifique et maitre de son destin ».
Si l’association a disparu, le combat lui, continu. Sous d’autres formes. Avec d’autres forces. Avec un pressant appel à la jeunesse.
UN IMMENSE MERCI A TEC.

Nota. La brochure rédigée par Jean LAGARDE « TEC 63 » un demi- siècle d’activité culturelle. 50 pages – gratuite, est disponible.


Je contribue
La contribution

forum info modere