A la poste : reprise des réorganisations

La « pause » dans les réorganisations, annoncée par le président de La Poste, en mars 2012 dernier à la suite d’une série de suicides parmi le personnel, est bel est bien terminée.


10 octobre 2014

La Poste reprend ses réorganisations et ses restructurations « pour améliorer son coefficient d’exploitation » :

- transformation des bureaux en agence postale (comme à Beaumont ou à St Ours les Roches),
- réduction des ouvertures au public (comme aux Ancizes-Comps ou à St Gervais d’Auvergne...),
- opérations de désengagement immobilier...

Dans tous ces cas, La Poste invoque ses « statistiques internes » pour légitimer des restructurations qui vont conduire à des suppressions d’emplois, au redécoupage des tournées et à une surcharge de travail pour les personnels.

A Saint Gervais d’Auvergne « sa statistique » faisant apparaître une baisse d’activité de 49% en 3 ans, la direction de la Poste a annoncé pour le 2 novembre la réduction d’une heure d’ouverture par jour et la fermeture le samedi, soit une réduction d’ouverture de 25% !

La « mesure de l’activité d’une poste », c’est comme la mesure du chômage, le thermomètre et les critères varient en fonction de l’objectif à atteindre. Tout est minoré : quand vous rentrez dans le bureau si vous demandez une information, si vous retirez des imprimés si vous prenez un rendez-vous avec un responsable financier, si vous déposez des chèques dans la boîte spéciale tout cela ne compte pas... pourtant chacune de ces opération nécessite du travail à l’agent au guichet et souvent après votre passage. En clair ce qui compterait, ce sont les opérations financières et pas les multiples activités de service public !

Si l’intérêt des usagers et le respect des missions de service public étaient vraiment au cœur des responsables de La Poste, ils ne se livreraient pas à ces décomptes mesquins et mensongers pour justifier et couvrir leur stratégie de baisse de la masse salariale, de l’emploi et de vente de son patrimoine immobilier.

Alors que les personnels payent les suppressions d’emplois, ce sont aujourd’hui les usagers qui trinquent par la réduction du service et bientôt par une forte hausse des tarifs postaux !

Un coup les personnels, un coup les usagers mais jamais les actionnaires ! Nous sommes bien loin d’une logique de Service public !

Malgré « ces fameuses statistiques », le plus souvent défavorables au monde rural, le résultat d’exploitation de La Poste est toujours en progression et profite essentiellement aux actionnaires qui perçoivent des millions d’Euros de dividendes (conséquence de la transformation en Société Anonyme à Financement Public en 2010). 

En France, le gouvernement en tant qu’actionnaire majoritaire aurait le pouvoir politique de mettre en œuvre une stratégie qui viserait à renforcer sans tarder le développement du service public.

Son choix est aux coupes claires dans les budgets publics, à l’abaissement du coût du travail plutôt qu’à la chasse aux frais financiers et aux déréglementations en tous genres !

Les usagers, les élus et les personnels doivent s’engager contre cette politique qui tourne le dos aux principes de Service Public et va produire de nouvelles dégradations.

Michel CHIGNIER
Section Fondras


Je contribue
La contribution

forum info modere